C'est si bon d'être parents !


Rire, manger, dormir, bouger...
Tout l'univers des bébés heureux !

J'y vais

Violence à l’école : et si c’était la faute des parents ?

NULL

Une étude britannique publiée dans la revue Child Abuse and Neglect vient de soulever les effets de la parentalité sur la capacité d’adaptation et de socialisation de l’enfant. Un résultat qui fait réfléchir… D’autant plus que la violence à l’école touche environ 1 enfant sur 10 !

L’étude a examiné 208 778 enfants et jeunes âgés de 4 à 25 ans. Et les résultats sont probants :

-    Les victimes d’intimidation et ou de violence à l’école, tout comme les intimidateurs eux-mêmes, sont plus susceptibles d’avoir été exposés à des comportements parentaux négatifs, dont la négligence, la maltraitance et la surprotection.
-    En revanche, il y a moins de victimes d’intimidation et-ou de violence à l’école chez les enfants dont la parentalité est positive, c’est à dire où l’autorité est sans violence, où la communication parents-enfant est bonne, où les parents soutiennent l’enfant et font preuve de chaleur et d’affection.
-    Le nombre de victimes d’intimidation et-ou de violence à l’école est plus important quand ils ont des parents violents ou négligents, voire surprotecteurs !

Ainsi, avoir des parents surprotecteurs pourrait avoir la même incidence sur le risque de victimisation à l’école que d’avoir des parents violents ou négligents…

En tant que parents, trouvez-vous cela normal, voire logique ? Quoiqu’il en soit, cela souligne une nouvelle fois l’importance du comportement des parents dans le développement de l’enfant. Reste à savoir trouver la juste mesure entre protéger son enfant et le surprotéger !

Publié le 29/04/0013 à 11:34

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus