C'est si bon d'être parents !


Rire, manger, dormir, bouger...
Tout l'univers des bébés heureux !

J'y vais

Fessée : les alternatives pour une éducation non violente

Plus qu’un modèle éducatif, accompagner votre enfant jusqu’à l’âge adulte sans donner de fessée est un véritable défi qui nécessite de changer de façon de penser. Petit guide pour une éducation non violente et dans le respect de votre enfant (et de vous-même aussi).

Fessée : les alternatives pour une éducation non violente

Votre enfant ne vous manipule pas

« Caprice », « manipulation » sont souvent des caractéristiques que l’on donne à l’attitude d’un enfant. Avez-vous remarqué comment les mots utilisés dans ces situations qui laissent les adultes en difficulté sont connotés négativement ? Parfois vu comme un être à la limite du diabolique, un enfant est pourtant avant un certain âge bien incapable d’élaborer quelque une stratégie dans le but de manipuler ses parents. Comme le dit Isabelle Filliozat dans ses ouvrages J’ai tout essayé et Il me cherche, il n’en a tout simplement pas la capacité intellectuelle. Alors plutôt de se dire « il me manipule, il est malin », essayez peut-être de vous dire d’abord « il exprime un besoin, il a besoin de moi » : vous verrez à quel point cela change la donne !

Et si vous passiez le relais ?

Etre fatiguée, à bout de nerf, ou avoir ses compteurs d’énergie à zéro, ça arrive à tout le monde ! Pour pouvoir être bienveillant, il faut aussi avoir des ressources. Quand il vous en manque, passez le relais : papa, amie, mamie… Refilez bébé le temps de souffler, une heure ou deux ou même plus ! Si personne ne peut vous seconder et que vous sentez de l’agressivité monter, alors posez votre enfant, laissez-le dans sa chambre – en veillant qu’il soit en sécurité bien sûr – et soufflez un bon coup. Changez de pièce, buvez un verre d’eau mais éloignez-vous le temps que cela pression redescende afin de l’analyser et la canaliser.

Faire le point sur son enfance

Parfois, quand vous atteignez vos limites, quand des situations avec vos enfants vous mettent en colère, c’est justement parce que cela vous renvoie de façon tout à fait inconsciente à votre propre histoire. Lorsque votre enfant hurle, cela vous irrite, voire vous agace sérieusement ? Cela vous donne envie de le laisser là et de tourner les talons ? Sans doute, petite, n’avez-vous pas eu la bonne réponse de vos parents quand vous exprimiez un besoin, ou que vous pleuriez comme votre petit. Vivre cette situation génère du stress et vous met en position de devoir y remédier en vous défendant par la suite alors que votre enfant demande du réconfort. En faisant le point sur votre histoire, vous trouverez sans doute un peu plus de sérénité dans votre parentalité.

Bien sûr, comme Rome ne s’est pas construite en un jour, prendre le chemin de la bienveillance demande du temps. Ne vous découragez pas ! Petit à petit, vous évoluerez ! Et puis avouez, cela vaut le coup non ? Comme le dit Janusz Korczak, ce n’est pas de s’occuper des enfants qui est épuisant, mais bien « le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments ».

 

Publié le 15/04/2016 à 17:44 mis à jour le 17/05/2016 à 22:42

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus