C'est si bon d'être parents !


Rire, manger, dormir, bouger...
Tout l'univers des bébés heureux !

J'y vais

RGO : et si c'était ça dont bébé souffrait ?

Votre bébé pleure beaucoup et dort peu : mais que lui arrive-t-il ? Votre petit cœur de maman se sert quand vous voyez votre bébé se tortiller puis hurler après chaque tétée, au moment de la sieste ou même la nuit ! Et si votre bébé avait un reflux gastro-œsophagien ? Définition, symptômes, le point sur ce syndrome parfois difficile à déceler.

RGO : et si c'était ça dont bébé souffrait ?

Qu’est-ce que c’est un reflux gastro-oesophagien ?

Derrière ce mot un peu barbare se trouve une pathologie qui affecte aussi bien les adultes que les nourrissons. Il s’agit d’une partie du contenu de l’estomac qui remonte dans l’œsophage. Rien de bien méchant. Très courant chez les bébés de moins de 3 mois, il est dû à l’immaturité du muscle censé fermer l’estomac et qui agit sur le sphincter œsophagien appelé « cardia », celui-là même qui empêche toute remontée vers l’œsophage. Un pic des régurgitations est généralement observé chez les bébés à 4 mois pour diminuer de manière notable entre 6 et 7 mois. Mais à la longue, ces reflux peuvent irriter l’œsophage et devenir douloureux : c’est l’œsophagite.

Quels sont les signes d’un RGO ?

Régurgitations, vomissements sans effort plusieurs fois par jour, sont les principaux symptômes qui doivent vous faire penser à un RGO. Bien que cela puisse arriver quelques fois, c’est le fait que cela soit systématique et perdure dans le temps qui peuvent mettre la puce à l’oreille. Si bébé s’agite au moment de la tétée, est irritable quand il prend son biberon, c’est sans doute qu’il a mal. De même, la survenue d’otite, de bronchite et autres problèmes respiratoires peuvent être liés à un RGO.

Que faire ?

Si vous avez des doutes sur l’origine des pleurs de votre bébé et suspectez un RGO, il est essentiel d’en parler à votre pédiatre. En rassemblant les différents éléments, il pourra diagnostiquer un RGO et apporter une solution. La consultation doit être faite rapidement si des symptômes tels que des pleurs qui accompagnent les vomissements, voire des traces de sang, des reflux abondants, un refus de s’alimenter et des troubles du sommeil sont présents. Une PHmétrie et une oesogastroscopie peuvent être nécessaires.

Comment se soigne le RGO ?

Le RGO est un phénomène normal et naturel. Mais quand il devient pathologique, il est impératif de le traiter, surtout s’il y a perte de poids et manque de tonus chez l’enfant. Un traitement à base d’anti-sécrétoires-gastriques et de pansements gastriques peut être prescrit pour soigner votre bébé. Mais c’est tout ce qu’il est possible de faire… La station assise, puis debout arrange normalement les choses en même temps que le muscle se fortifie et joue son rôle de barrière anti-reflux. De même la diversification et la prise d’aliments solides évitent les remontées intempestives.

Quelques mesures pour les bébés RGO

Outre les médicaments, il y a quelques astuces pour éviter les problèmes de reflux trop importants ou tout simplement afin qu’ils ne s’aggravent pas :


- porter bébé dans une écharpe : bébé étant maintenu à la vertical, le contenu de l’estomac a moins de chance de remonter dans l’œsophage ;
- surélever la tête de lit ou le mettre en proclive si la situation est sérieuse, c’est-à-dire surélever le matelas de 30 %. Il existe des matelas avec harnais, pour ne pas que bébé glisse, que vous trouverez en magasin spécialisé ;
- si vous le nourrissez au biberon, une formule épaissie pourra diminuer le problème : parlez-en avec votre pédiatre avant toute chose ;
- faites des pauses durant le repas ;
- pensez à bien lui faire faire son rot ;
- ne le suralimentez pas : le passage du lait apaise momentanément les sensations désagréable de l’œsophage mais risque de créer un trop-plein dans l’estomac… et de favoriser les remontées. Prudence donc ;
- n’allongez pas votre bébé tout de suite après son repas.

Surtout, ne restez pas sans en parler à votre médecin ou pédiatre. N’hésitez pas non plus à demander plusieurs avis si nécessaire. Les pressentiments des mamans que quelque chose ne va pas sont souvent bons !

 

Publié le 23/09/2016 à 14:28 mis à jour le 11/10/2016 à 09:56

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus