C'est si bon d'être parents !


Inscrivez-vous pour recevoir votre e-box de bienvenue !

J'y vais

Le cytomégalovirus

Si ce mot vous file des frissons, c’est normal. Enceinte, tout ce que vous pouvez attraper et qui peut toucher bébé fait peur. Mais le moyen le plus sûr de réduire les risques de contracter cette infection, aussi connue sous le nom de CMV, c’est encore de connaître votre ennemi. Décryptage.

Le cytomégalovirus

Qu’est-ce-que c’est ?

Le cytomégalovirus est un virus de la famille des herpès. Se rapprochant des symptômes d’une grippe (fièvre, céphalées, fatigue…), il est la plupart du temps asymptomatique : il est donc très difficile de savoir si vous ou l’un de vos proches est infecté... Très contagieux, le CMV se transmet par l’urine, la salive, mais aussi le lait maternel. Le temps d’incubation se situe entre 20 et 60 jours. Si vous avez déjà contracté ce virus (primo-infection), vous êtes en partie immunisée mais il existe des risques de l’attraper à nouveau si vous êtes en contact avec une autre souche.

Comment se fait-on dépister ?

Malheureusement le CMV n’est pas encore dépisté automatiquement chez toutes les femmes enceintes. Il est généralement recherché chez les femmes enceintes à risques, à savoir celles qui ont des enfants en bas âge, ou les femmes en contact au quotidien avec des enfants. En effet des études ont révélé que les personnels de crèche étaient plus souvent séropositifs au CMV que le reste de la population. Si vous travaillez en crèche, halte-garderie, école maternelle, vous pouvez être exposée au virus. Le dépistage se fait par un prélèvement de sang.

Quels sont les risques pour le fœtus ?

Si les risques pour la mère en cas de primo-infection ne sont jamais graves de manière générale, pour le fœtus cela est différent. Si vous contractez le cytomégalovirus pour la première fois, les risques de transmission materno-fœtale sont de l’ordre de 30 à 40 % (si vous l’attrapez pour la deuxième fois, les risques tombent à 1-3 %). Dans 30 à 40 % des cas, les séquelles sont graves : surdité, retard mental ou de croissance… Pour savoir si votre fœtus est atteint, il faut procéder à une amniocentèse. Des mesures peuvent être prises en fonction des résultats.

Les moyens de prévention

Il a beau être méchant, ce virus ne résiste pas au savon et aux produits désinfectants ! Traduction : lavez-vous systématiquement les mains après avoir mouché, essuyé ou changé un bébé et évitez de partager les mêmes couverts que votre enfant (ou de mettre sa tétine tombée par terre à la bouche pour la nettoyer). Il est également déconseillé de prendre le bain avec lui.

Soyez prudente mais rassurez-vous tout de même : cette infection au cytomégalovirus ne touche qu’un infime pourcentage de femmes enceintes (environ 1 à 4 %).

 

Publié le 17/05/2016 à 17:11 mis à jour le 07/09/2016 à 13:35

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus