C'est si bon d'être parents !


Inscrivez-vous pour recevoir votre e-box de bienvenue !

J'y vais

La pré-éclampsie : qu’est-ce que c’est ?

Souvent méconnue des femmes enceintes, la pré-éclampsie est pourtant une maladie qui survient fréquemment durant la grossesse. Souvent sans conséquence détectée à temps, elle peut entraîner des complications pour votre santé et celle de bébé si elle n’est pas prise en charge aux premiers signes…
 

La pré-éclampsie : qu’est-ce que c’est ?

C’est quoi une pré-éclampsie ?


Aussi appelée toxémie gravidique, la pré-éclampsie peut survenir du milieu de grossesse, après 20 SA, à la fin de la grossesse, voire après l’accouchement. Elle apparaît dans 70 à 75 % lors d’une première grossesse. L’Inserm estime que la pré-éclampsie concerne 5 % des grossesses. Elle serait due à un problème de fonctionnement du placenta. Peu efficace lors de la 2e partie de la grossesse, qui demande un grand flux sanguin pour le développement de bébé, le placenta libèrerait alors dans le sang maternel de très nombreux débris placentaires et fœtales entraînant une hypertension maternelle.

Quels sont les signes de la pré-éclampsie ?

Les signes sont assez facilement décelables dans le cadre du suivi de grossesse classique :
- hypertension ;
- élévation de la concentration de protéines dans les urines.

Ils peuvent se manifester par des maux de tête assez intenses et soudains, des troubles de la vision, des vomissements mais surtout des œdèmes importants avec une prise de poids notable sur quelques jours. Il est donc important de contacter votre sage-femme quand ce type de symptômes survient.

Il existe des facteurs de risque comme l’âge de la mère (avant 18 ans et après 40), une IMC de plus de 30 ou encore des antécédents familiaux de pré-éclampsie.

Quelles sont les conséquences de la pré-éclampsie ?

Le risque principal est la survenue d’une éclampsie, une augmentation de la pression dans la tête de la mère qui peut être fatale pour elle et/ou l’enfant se manifestant par des convulsions. Elle peut également entraîner un décollement du placenta ou une insuffisance rénale.
Les pré-éclampsies sont responsables d’un tiers des naissances prématurées. En effet, un retard de croissance du bébé peut être observé. En cas de danger imminent pour la mère, la seule solution pour y remédier est de faire naître l’enfant.

Comment la traiter ?

Une prise en charge immédiate est nécessaire. Une hospitalisation permettra de mettre en place un suivi rapproché pour surveiller la santé de la mère et l’incidence de la maladie sur le développement de bébé afin de prolonger la grossesse le plus longtemps possible pour que l’enfant puisse naître à un terme acceptable pour vivre en dehors du ventre de la mère.

Mais rassurez-vous : à partir du moment où vous allez à vos rendez-vous mensuels chez votre sage-femme ou gynécologue et que vous effectuez vos prises de sang, il n’y a pas lieu de vous inquiéter !

Publié le 01/08/2016 à 09:07

Articles les + populaires

1 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

emmanuelle le 2016-09-14 13:18:57

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus