C'est si bon d'être parents !

Inscrivez-vous et recevez votre E-box de bienvenue

Je m'inscris

Les grossesses extra-utérines : comment les déceler et les traiter ?

Les grossesses extra-utérines, ou GEU, touche environ 2 % des grossesses. Non évolutives, elles présentent également des risques pour la mère. Décryptage de cette pathologie

Les grossesses extra-utérines : comment les déceler et les traiter ?

C’est quoi une grossesse extra-utérine ?

Comme son nom l’indique, la GEU est une grossesse qui se développe en dehors de la cavité utérine. L’œuf, après fécondation, au lieu de s’implanter dans la muqueuse utérine, va se développer ailleurs. Elle peut se développer :
- dans la trompe de Fallope : il s’agit d’une grossesse tubaire. Elle peut être vers l’ovaire (grossesse ampullaire) ou à l’entrée (grossesse isthmique) ;
- au niveau de l’ovaire ou sur l’ovaire (grossesse ovarienne) ;
- au niveau de la cavité abdominale (grossesse péritonéale).

Le cas le plus fréquent est la GEU au niveau de la trompe de Fallope.

Les symptômes d’une grossesse extra-utérine

La GEU est plutôt difficile à diagnostiquer puisqu’elle est associée à des douleurs dans le bas-ventre, douleurs fréquentes en début de grossesse. Dans le cadre d’une GEU, elles peuvent être unilatérales. Des saignements peuvent également avoir lieu le 1er ou le 2e mois de grossesse, mais ne sont pas forcément significatifs d’une GEU : ils sont généralement bruns. Néanmoins, des douleurs sont déclenchées à la palpation : en auscultant le ventre, le médecin peut sentir une masse et provoquer des douleurs.
L’arrêt des règles n’a pas toujours lieu. Dans ce cas, c’est un cycle irrégulier ou des règles hémorragiques ou anormalement longues qui peuvent laisser penser qu’il s’agit d’une GEU.

Si en revanche la GEU a entraîné la rupture d’un organe, les signes sont assez importants : une hémorragie avec baisse de tension et pouls rapide est généralement constatée. Une prise en charge en urgence est nécessaire.

Comment diagnostiquer la GEU ?

Hormis ces symptômes qui doivent alerter, un test de grossesse est la première chose à faire. Une échographie pelvienne permet ensuite de constater la grossesse et de localiser l’embryon. Ce diagnostic est généralement effectué entre 2 et 8 semaines de grossesse.

Les facteurs de risque

Certains éléments favorisent les GEU :

- le tabac ;
- des antécédents d’infections génitales, de salpingite ou des endométrites ;
- des antécédents de chirurgie tubaire (au niveau des trompes) ou pelvienne ;
- la présence d’un DIU, dispositif intra-utérin (stérilet) ;
- une FIV (4,5 % des FIV se soldent par une GEU) ;
- une exposition in utero au Distilbène.

Quelles sont les risques qu’entraîne une GEU ?

Le risque est bien évidemment à la fois pour la mère et le fœtus. Une GEU ne peut pas évoluer. Le principal risque pour la mère est la rupture de l’organe, l’embryon n’ayant pas la place suffisante pour se développer. Il est donc important que le diagnostic soit établi au plus vite. Le pronostic vital est rarement engagé mais peut l’être dans des cas exceptionnels.

Bien que tout est fait pour préserver la trompe ou l’ovaire, dans certains cas il est difficile de sauver l’organe et il est tout simplement retiré.

Comment traiter une GEU ?

Cette grossesse ne pourra se poursuivre. Il va donc falloir arrêter le développement de l’embryon, voire le retirer. Deux solutions existent en fonction des cas :
- un traitement médicamenteux : on injecte du méthotrexate à l’aide d’une aiguille directement dans l’embryon ou en intramusculaire. L’embryon se détériore et est ensuite éliminé spontanément ;
- un traitement chirurgical (cœliochirurgie, laparotomie, ou encore laparoscopie) afin de retirer l’embryon.

Après une GEU, les risques de récidive existent : ils sont de l’ordre de 10 à 30 %. Dans les cas graves, la fertilité peut baisser. Mais la plupart du temps, cela n’empêchera pas une nouvelle grossesse.

Publié le 19/04/2017 à 17:21 mis à jour le 26/04/2017 à 13:53

Articles les + populaires

1 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

Diariétou le 2017-05-18 22:42:59

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus