Inscrivez-vous et recevez votre E-box de bienvenue

Je m'inscris

Focus : le congé pathologique prénatal

Le congé maternité, en fonction du nombre d’enfant que vous attendez, dure un nombre de semaines limité. Mais en cas de grossesse difficile, il est possible de bénéficier d’un congé supplémentaire. On vous dit tout sur le congé pathologique !

Focus : le congé pathologique prénatal

C’est quoi un congé pathologique ?

Le congé pathologique est un congé supplémentaire au congé maternité prénatal qui peut vous être accordé. Il dure au maximum 2 semaines mais peut être prescrit en plusieurs fois.

Qui est concerné ?

Comme le nom l’indique, le congé pathologique induit que vous souffrez d’une pathologie liée à votre état de grossesse. Toutes les femmes enceintes qui nécessitent un congé pour se reposer et se retrouvent en difficulté pour travailler, voire dont la grossesse est menacée, y ont droit : diabète, hypertension, grossesse gémellaire, les motifs peuvent être différents d’une femme à l’autre.

Quand est-il possible d’en bénéficier ?

Vous pouvez bénéficier d’un congé pathologique à partir du moment où vous avez déclaré votre grossesse, donc dès 3 mois de grossesse, jusqu’à votre congé maternité prénatal.

Comment est-il décidé ? 

Si votre médecin ou votre gynécologique estime que votre état nécessite un congé pathologique, il pourra vous le prescrire. Ce congé est souvent prescrit juste avant le congé maternité prénatal : en effet, à la fin de la grossesse, la fatigue et différents maux peuvent justifier un arrêt plus tôt que prévu. Le congé maternité prénatal n’est que de 6 semaines si vous attendez un seul enfant, un temps parfois bien court. Travailler jusqu’à 7 mois et demi de grossesse n’est, dans certains cas, pas évident du tout.

Comment serez-vous rémunérée ?

Le congé pathologique est considéré comme un arrêt maladie. Vous percevrez ainsi le même salaire que lorsque vous serez en congé maternité, soit à hauteur de 90 % de votre salaire environ. Pour ce faire, il faut prévenir votre employeur de votre congé par lettre recommandée avec accusé de réception à laquelle vous devrez joindre un des volets de l’arrêt maladie rédigé par votre médecin, les deux autres volets étant destinés à votre caisse d’assurance maladie.

N’hésitez pas à parler de votre état à votre médecin : le dernier trimestre de grossesse peut s’avérer difficile. Mais attention, le congé pathologique n’est pas un congé de convenance et doit être justifié.

Publié le 12/04/2017 à 17:55 mis à jour le 13/04/2017 à 09:40

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus