Inscrivez-vous et recevez votre E-box de bienvenue

Je m'inscris

Retour au travail : on m’a mise de côté, que faire ?

Vous voilà de retour au travail après votre grossesse. Laisser bébé n’est déjà pas évident mais vous constatez que depuis votre retour, vous êtes un peu mise de côté : vos responsabilités ont changé et vous n’avez pas pu récupérer votre bureau ou vos dossiers. Une situation que vous vivez mal et pour cause. Est-ce légal ? Que pouvez-vous faire ? On vous aide à y voir clair.

Retour au travail : on m’a mise de côté, que faire ?

Une discrimination pas si rare

Pour beaucoup de femmes, retourner au travail après un congé maternité, ce n’est pas une mince affaire : elles peuvent avoir l’impression que leur patron les attend au tournant. Vous devez refaire vos preuves, et vite tant qu’à faire, mais aussi parfois faire des pieds et des mains pour récupérer votre bureau… C’est ce qui vous arrive ? Eh bien vous n’êtes malheureusement pas la seule à être dans cette situation. Près d’un Français sur deux pense même que la maternité est un frein certain à la carrière.

Ce que dit la loi

Quand vous revenez de congé maternité, vous devez obligatoirement retrouver votre poste, ou un emploi équivalant et avec un salaire au moins identique : « Pendant la période de grossesse médicalement constaté, pendant l’intégralité des périodes de suspension du contrat de travail auxquelles la salariée a droit au titre du congé de maternité qu’elle use ou non de ce droit, et au titre des congés payés pris immédiatement après le congé de maternité, ainsi que pendant les dix semaines suivant l’expiration de ces périodes (au lieu de 4 semaines avant l’intervention de la loi du 8 août 2016 citée en référence, en vigueur à compter du 10 août 2016), la salariée ne peut pas être licenciée sauf si, comme le prévoit l’article L. 1225-4 du Code du travail :
- elle commet une faute grave non liée à son état de grossesse ;
- l’employeur est dans l’impossibilité de maintenir le contrat de travail pour un motif étranger à la grossesse (par exemple si le poste de la salariée est supprimé pour un motif économique). »
Vous êtes ainsi également protégée du licenciement pendant une certaine période. Vous devez également bénéficier d’une visite médicale dans les 8 jours suivant votre retour ainsi que d’un entretien professionnel.

Discuter avec votre employeur ou la DRH

Comme nul n’est censé ignorer la loi, demandez un rendez-vous afin de parler de la situation et rappelez à votre interlocuteur ce que dit justement la loi. Vous pourrez ainsi peut-être trouver un terrain d’entente… Mais rien n’est moins sûr ! Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à faire un rappel de la loi par courrier avec accusé de réception pour bien faire état de la situation et qu’il y ait des preuves écrites…

Quand la justice devient le seul recours

La loi est là pour vous protéger ! Si vous êtes mise à l’écart et que le dialogue n’est pas possible ou n’aboutit à rien, vous devrez saisir purement et simplement la justice. Adressez-vous au conseil des Prud’hommes et faites-leur part du litige existant entre vous et votre employeur.

Faire valoir vos droits est essentiel : ne vous laissez pas faire !

Publié le 04/07/2017 à 15:49 mis à jour le 05/07/2017 à 09:46

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus