Inscrivez-vous et recevez votre E-box de bienvenue

Je m'inscris

Grossesse gémellaire : le syndrome du transfuseur-transfusé

Une grossesse gémellaire n’est pas de tout repos. Parfois, les complications s’en mêlent. Le syndrome du transfuseur-transfusé est le risque principal quand vous attendez des jumeaux. Grave sans traitement, cette pathologie peut fort heureusement être prise en charge une fois détectée. Explications.

Grossesse gémellaire : le syndrome du transfuseur-transfusé

C’est quoi le syndrome du transfuseur-transfusé ?

Il s’agit d’un syndrome qui peut apparaître lors d’une grossesse multiple dite monochoriale, c’est-à-dire lorsqu’il n’y a qu’un placenta pour les deux fœtus malgré la présence de deux poches amniotiques. Chargé d’apporté les nutriments nécessaires à la bonne croissance du fœtus, le placenta est relié à chaque jumeau par un cordon ombilical, les cordons étant eux-mêmes connectés via un réseau de vaisseaux sanguins. Les échanges sanguins peuvent alors être mal équilibrés, le sang d’un des fœtus, appelé transfuseur, passant dans celui de l’autre jumeau, le transfusé. Ce syndrome touche 10 à 15 % de ces grossesses gémellaires monochoriales.

Comment est-il diagnostiqué ?

Le syndrome est détecté au cours d’une échographie, généralement autour des 21 SA, la première échographie ayant mis le doigt généralement sur la présence d’un seul placenta. Les signes sont une vessie peu ou pas visible chez un des jumeaux, et une vessie anormalement distendue chez l’autre ainsi qu’un déséquilibre de la répartition du liquide amniotique. La différence notable de taille et de poids est aussi caractéristique du syndrome du transfuseur-transfusé.

Quels sont les risques ?

Le pronostic vital des jumeaux est engagé, menant, dans les cas les plus sérieux, à la perte d’un ou deux bébés. Il s’agit donc d’une urgence obstétricale.

Qu’est-il possible de faire ?

Dès que le syndrome transfuseur-transfusé est diagnostiqué, il faut agir vite. Vous êtes transférée vers un centre spécialisé qui pourra effectuer le nécessaire dans le but de réduire les risques de mort fœtale. Vous serez ainsi prise en charge sous 24 à 48 h. En fonction du terme et de la gravité d’atteinte des fœtus, il est possible d’effectuer :
- un drainage du liquide amniotique excédentaire ;
- une opération par endoscopie afin de venir coaguler les vaisseaux en cause dans ce syndrome.
Un suivi rapproché est ensuite effectué. Il existe 20 % de risque de décès d’un des deux jumeaux suite à cette intervention chirurgicale. Ce qui est certain c’est que la grossesse ne sera vraisemblablement pas menée à terme et l’accouchement pourra être déclenché avant, à 37 SA au plus tard.

Heureusement, dans de nombreux cas, grâce à un suivi rapproché et au traitement, l’issu est heureuse !

Publié le 12/07/2017 à 10:52

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus