Découvrez les astuces allaitement avec Lansinoh

J'y vais

Allaiter partout et quand vous voulez : un droit contesté ?

La nouvelle a fait le tour de la toile et des réseaux sociaux à la vitesse de l’éclair. Le 10 avril dernier, une femme, faisant la queue à un commissariat afin de faire une procuration pour les élections présidentielles, s’est vue refuser le droit d’allaiter son enfant. Si allaiter est un droit, à l’heure actuelle, il est parfois difficile de le faire librement sans choquer. Analyse de ce fait divers.

Allaiter partout et quand vous voulez : un droit contesté ?

« Vous n’allez pas imposer ça aux gens »

Un couple attendait en dehors du commissariat du 52e arrondissement de Paris afin de demander une procuration pour les élections présidentielles. Le papa, Nicolas, porte leur bébé de 2 mois en écharpe. Mais voilà que leur enfant se met à manifester des signes de faim. Tout naturellement, la maman décide d’allaiter leur bébé mais pour être plus tranquille, elle demande aux policiers s’il est possible de rentrer dans le commissariat pour allaiter. Sauf que la réponse du policier va être plutôt virulente. En plus de répondre par la négative – sympa donc –, il ajoute : « Il est hors de question que vous allaitiez en public ! Vous n'allez pas imposer ça aux gens. » La maman est pourtant prête à cacher sa poitrine (sic) mais en vain.

Le droit de nourrir leur enfant défendu par les parents

Les parents bien sûr, choqués, ont expliqué que leur enfant avait faim et que « c’est une honte de refuser à quelqu'un de nourrir son bébé ». Alors qu’ils ont fait le choix d’offrir ce qu’ils estiment être le meilleur à leur bébé – l’allaitement et le portage –, ils vont carrément se faire accuser d’être de mauvais parents par le policier parce qu’ils ont amené leur fils avec eux au commissariat, mais bien qu’il devrait être à la maison. Le policier va plus loin et traite la maman de « mauvaise mère » … Après tout, sa place est d’être à la maison non ? Et dire que nous sommes en 2017… Chamboulés par cet incident, les parents ont ensuite décidé d’en parler sur les réseaux sociaux. Face à l’indignation générale, une pétition a même été créée.

Des excuses faites… à moitié

La préfecture de police, suite à ce tollé, s’est excusé… de n’avoir pas pu répondre favorablement à leur demande. Une déclaration bien légère face au choc qu’ont reçu les parents. Surtout que la police est censée représenter les valeurs de la République… Le commissariat, aux dernières nouvelles, auraient appelé les parents pour s’excuser et permettre au couple de faire leur procuration en toute quiétude…

L’allaitement en public : un geste devenu tabou ?

Bien évidemment, on peut se poser la question si les policiers auraient réagi de la même manière si la maman avait demandé à donner un biberon… À l’heure où l’on voit des corps dénudés dans maintes publicités, du simple shampoing à un parfum ou un yaourt, allaiter quand on veut est devenu tabou. La poitrine est totalement sexualisée, la société oubliant alors qu’elle sert aussi à nourrir un bébé : montrer une poitrine dans un bikini ou un décolleté plongeant oui, mais donner le sein à son enfant est sacrilège. La notion même de ce qui est naturel semble avoir été perdue, au nom du progrès. Pire : c’est le droit de la femme à disposer de son corps qui est remis en question.

Heureusement, cet incident reste isolé, mais il ne devrait pas arriver. Et vous, vous en pensez quoi de cette actualité ? Cela vous choque-t-il ? Avez-vous eu à faire face à des regards désapprobateurs en allaitent votre enfant en public ? 

 

Publié le 20/04/2017 à 09:55 mis à jour le 26/04/2017 à 16:48

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus