C'est si bon d'être parents !


Découvrez les astuces allaitement avec Lansinoh

J'y vais

L'allaitement maternel

Pendant les six premiers mois, le bébé se nourrit de lait, soit le lait maternel, soit du lait premier âge.

allaitement maternel

le lait
• Le bébé naît sans dent. Il est donc logique qu’il lui faille une alimentation liquide.
• Le lait maternel convient parfaitement au bébé : il s’adapte en fonction de l’âge du bébé et il est toujours prêt !
• Si le bébé n’est pas allaité et qu’il est allergique au lait de vache, on lui donne un lait hydrolysat de protéines de lait de vache.
Il s’agit d’un lait dont les protéines allergisantes sont transformées pour être rendues supportables par l’organisme de votre bébé.
Après son sixième mois, le programme change et on introduit les aliments “solides” et bien entendu, c’est donc à ce moment que le bébé découvre la cuillère.
Ces aliments solides seront d’abord mixés, puis écrasés, ensuite présentés en morceaux, “voir le site www.diversificationalimentaire.com”.
Cette évolution est liée à l’apparition des dents.
Pendant toute la première année, le bébé reçoit aussi un supplément vitaminé : particulièrement de la vitamine D qui permet de fixer le calcium et qui sert à la formation des os.

L’allaitement maternel

Après l’euphorie de la naissance, loin du cocon de la maternité, le retour chez soi n’est pas toujours le rêve. Vous êtes débordée et fatiguée.
Vous avez l’impression de ne pas pouvoir sortir, d’être coincée à la maison, de ne pas pouvoir vous échapper. Ou peut-être avezvous l’impression d’avoir moins de lait qu’il n’en faudrait et vous n’êtes pas sûre que bébé prenne la bonne ration de lait… Reprenons les choses calmement. Allaiter sera votre détente.
Restez zen !
Quand l’allaiter ?
Le plus simple est d’allaiter votre bébé aux signes d’éveil. Il est alors bien vigoureux pour téter efficacement. Le rythme des tétées n’est pas souvent très régulier. Vous verrez plus loin un tableau théorique du nombre de repas par jour en fonction de l’âge. N’oubliez pas qu’il ne s’agit que d’une moyenne. Votre bébé boira peut-être un peu plus souvent, ou un peu moins souvent… Ou un peu moins le matin et un peu plus le soir. Comme tous les êtres humains, lui aussi aura son rythme !
De votre côté, votre corps va s’habituer au rythme de votre bébé : vous sentirez peutêtre vos seins gonfler, du lait en jaillir quand votre bébé pleure (et même quelques minutes avant qu’il ne manifeste sa faim). Parfois, vous attendrez même avec impatience qu’il se réveille s’il dépasse un peu l’heure, tant vos seins seront prêts à le nourrir.

Comment l’allaiter ?
Une règle d’hygiène s’applique: avoir toujours les mains propres lorsque vous prenez votre bébé. Ensuite, installez-vous confortablement (peu importe où, du moment que vous soyez détendue). Si le coeur vous en dit, vous pouvez écouter une musique qui vous apaise. Le tout est que ce moment soit rempli de douceur et de plaisir, de calme et de partage. Dans un souci d’équilibre, pensez à alterner le côté par lequel vous commencez à allaiter. Si votre mémoire vous fait défaut et que c’est le casse-tête à chaque tétée, trouvez un “truc ” pour savoir par quel côté commencer (Par exemple : fixer une épingle à nourrice sur une des bretelles de votre soutien-gorge, pour indiquer le côté par lequel vous devez commencer).



Combien de temps à chaque tétée ?
La durée des tétées varie d’un enfant à l’autre et même d’une tétée à l’autre. Certains boivent plus lentement, d’autres plus vite. Un bébé est rapide, l’autre se délecte ou procède par étapes. Certains se contentent d’un sein, d’autres goûtent aux deux.


Quand arrêter l’allaitement ?
Faites de l’allaitement un plaisir et non une contrainte. Et que ce plaisir dure aussi longtemps que vous et votre bébé le souhaitez.
Tous les bébés prennent naturellement la décision de se sevrer tôt ou tard.
Votre lait seul convient à l’alimentation de votre bébé durant les 6 premiers mois de sa vie environ. Au delà, il est nécessaire de diversifier l’alimentation, ce dont se charge généralement le bébé (en chipant un bout de banane, de biscuit, de tartine...).


Comment vous alimenter si vous allaitez ?
Ce n’est pas le moment d’entreprendre un régime amaigrissant: l’allaitement à lui seul se chargera de vous aider à retrouver votre ligne.
Le mot d’ordre pour le moment : bien vous nourrir et boire suffisamment. Mangez ce que vous aimez : votre bébé découvrira les mêmes saveurs puisque votre lait en sera imprégné.
Ce ne sera pas déconcertant pour lui puisque le goût du liquide amniotique qu’il avalait dans l’utérus variait déjà en fonction de votre alimentation.
Ne vous interdisez donc pas certains aliments d’emblée sous prétexte que votre grand-tante vous a dit que ceci ou cela donnait un mauvais goût au lait. Par contre, si votre bébé fait la grimace chaque fois que vous lui offrez du lait au goût d’ail ou d’asperge, supprimez-les de votre alimentation. Après tout, il a le droit d’avoir ses propres goûts !
Et puis, votre bébé prendra du liquide, alors, pour compenser, ayez le bon réflexe de boire après chaque tétée !
Enfin, votre médecin vous prescrira probablement des suppléments en vitamines et en fer.

Les trucs pour avoir plus de lait
Les remèdes fourmillent, différents selon les générations, les régions et les cultures. Il ne s’agit pas de magie ou de superstition ! Ces trucs nous ramènent à l’essentiel : boire, être détendue et reposée et avoir un bébé qui tète vigoureusement.
Si le pharmacien vous recommande une tisane galactogène (“qui donne du lait”)… Pourquoi pas ? Elle contient de l’anis, du cumin. Elle modifie le goût du lait et le bébé ravi tète de plus belle. Et l’offre répond à la demande : chaque fois que l’enfant tète, vous fabriquez du lait.


Voici quelques astuces :
• Donnez le sein plus fréquemment.
• Reposez-vous au maximum. Adoptez le rythme de votre bébé : s’il fait une sieste, faites-en une aussi ! Fermez les yeux sur la lessive, le repassage, le désordre et la poussière, détendez-vous, téléphonez à une amie.
• Buvez abondamment.
• Evitez de donner des compléments sous forme de biberons.

Les petits et gros tracas
La douleur au mamelon
• Si vous avez des crevasses, veillez à ce que le bébé soit bien placé.
• C’est probablement sa position qui provoque les douleurs. Il doit être face à vous, ventre contre ventre.
• Si vous ne voyez aucune plaie sur votre mamelon, regardez l’intérieur des joues de votre bébé. Si vous y voyez des taches blanches qui ne se détachent pas, c’est du “ muguet ”. C’est une infection bénigne due à un champignon facile à éliminer. Après la tétée, il vous suffira d’appliquer le traitement prescrit pour votre bébé. Vous guérirez vite.


La douleur au sein
Vous craignez l’abcès? Pas de panique ! L’abcès est rare et une série de signaux d’alarme le précède.
• Le premier est l’engorgement : le sein est congestionné parce que le bébé tète moins souvent ou moins bien ou que le sevrage est trop brutal. Mettez votre bébé plus souvent au sein et drainez vous même un peu de votre lait sous une douche chaude et les choses iront mieux !
• Les suivants sont la lymphangite (des traînées rouges sur le sein) et la mastite (une rougeur et un gonflement d’une région du sein, des symptômes grippaux). L’une et l’autre se traitent par des tétées plus fréquentes, le repos et des compresses chaudes avant les tétées froides entre les tétées.
• Et si c’est ensuite le tour de l’abcès tant redouté ? Un abcès ne passe pas inaperçu :
vous avez de la fièvre, un ganglion au creux de l’aisselle et du pus dans le lait. Il devra être drainé par un médecin et votre bébé pourra continuer à téter à l’autre sein et même tout de suite au sein atteint si l’incision n’entre pas en contact avec sa bouche. Dans ce dernier cas, votre bébé pourra reprendre ce sein lorsque la cicatrisation sera terminée. En attendant, veillez à continuer à stimuler votre production de ce côté-là et à éviter l’engorgement.


Le trop de lait
Certaines femmes ont tellement de lait qu’elles pourraient nourrir plusieurs bébés. Si tel est votre cas et que votre bébé n’arrive pas à vous soulager, pour éviter l’engorgement, pensez à donner de votre lait au lactarium.
Le bébé difficile
• Il l’est vers 2-3 semaines, 6 semaines ou 3 mois.
• Il réagit à un horaire imposé, à la caféine ou à la nicotine qu’il boit dans votre lait.
• Il vous sent crispée… Restez zen !
• Parfois, les bébés ont simplement besoin de pleurer pour se détendre, pour épuiser toute l’énergie qu’ils ont en stock.
• Peut-être a-t-il mal au ventre ou est-il malade ?
La maman épuisée
S’occuper d’un bébé n’est pas de tout repos.
Le bébé réclame la nuit. Il vous faudra vous adapter à son rythme. Mais ne vous en faites pas. Si les débuts peuvent être un peu difficiles, votre corps s’habituera bien vite.
N’hésitez pas à profiter de sa sieste pour vous reposer vous aussi!
La maman malade
C’est rare, mais certaines maladies interdisent formellement et définitivement l’allaitement.
Parlez-en à votre médecin. Peut-être vous conseillera-t-il de tirer votre lait en attendant de pouvoir nourrir à nouveau votre enfant (pour ne pas stopper définitivement l’allaitement).
Le jeu en vaut-il la chandelle ?
Si l’allaitement a l’air un peu compliqué de premier abord, il est aussi une réelle source de plaisir. Lorsque l’allaitement sera bien “lancé”, vous en savourerez pleinement tout le bonheur.
• Votre bébé grossit et grandit uniquement grâce à votre lait et à votre tendresse.
• Plus il grandit, plus il participe. Il prend le sein à pleines mains. Sa bouche quitte le mamelon pour mieux y revenir…
Tirer le lait
Il peut exister de bonnes raisons pour tirer son lait :
• Vos seins sont douloureux et engorgés.
• Vous souhaitez offrir du lait au lactarium.
• Vous vous absentez et vous préparez un biberon de lait maternel.
• Vous êtes malade et incapable d’allaiter.
• Votre bébé est hospitalisé.
Pour tirer votre lait, vous avez le choix entre
plusieurs méthodes :
• Exprimez votre lait manuellement.
• Utilisez un tire-lait manuel
• Utilisez un tire-lait électrique que vous pouvez acheter ou louer (en pharmacie). Il est pratique, efficace, simple d’utilisation.
Reprendre l’allaitement
Si vous avez été contrainte de suspendre l’allaitement pour une raison ou pour une autre, vous pourrez le reprendre, quelle que soit la durée de l’interruption.
Offrez le sein avant chaque biberon et ne passez au biberon que lorsque le bébé s’agitera. Vous verrez qu’au fil des repas, la tétée se prolongera aux dépens du biberon.
Le sevrage
Il n’y a pas d’âge idéal pour sevrer un bébé. Faites-le simplement quand vous êtes tous deux prêts. Remplacez peu à peu une tétée par un biberon ou un repas à la cuillère selon l’âge de votre bébé. Faites-le progressivement pour votre confort comme celui de votre bébé.


Si vous souhaitez prolonger l’allaitement, après la reprise de votre travail, la clé du succès est de tirer du lait lorsque vous êtes séparée de votre bébé et de continuer à l’allaiter à la demande lorsque vous êtes ensemble.

Publié le 12/05/2015 à 16:29 mis à jour le 20/04/2016 à 12:05
Conseil des experts
Sophie Guillaume, Sage-Femme Cadre Supérieure

Votre préparation à la naissance est terminée, votre valise prête pour vous et votre (vos)nouveaux nés, grâce à la liste fournie par la maternité. Vous vous sentez prête pour la rencontre avec votre/Vos enfant(s). Les signes précurseurs de la mise en travail vous sont rappelés par votre sage-femme lors de la dernière consultation pour savoir quand venir à la maternité. En cas de naissance programmée pour raison médicale, vous avez RDV pour une hospitalisation la veille ou le matin même.

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus