C'est si bon d'être parents !


Inscrivez-vous pour recevoir votre e-box de bienvenue !

J'y vais

La vérité sur les suites de couche

Quand vous vous préparez à l’accouchement, on vous parle beaucoup du jour J. Toute votre attention se focalise sur la rencontre avec bébé. Et après, que se passe-t-il ? Voilà la vérité nue sur le merveilleux petit programme qui vous attend…

La vérité sur les suites de couche

Vous ne pourrez pas faire pipi seule…

La péridurale, c’est bien : vous n’avez sans doute eu moins mal durant l’accouchement. Un progrès pour les femmes ! Mais cette anesthésie locorégionale peut savoir des effets qui durent et insensibilisent un peu les jambes. Bilan : pour vos envies de faire pipi, il va falloir patienter qu’une aide-soignante ou une sage-femme vous accompagne au risque de vous étaler de tout votre long sur le sol de votre chambre.

Vous aurez peur d’aller à la selle

Eu égard aux points de suture que vous aurez peut-être l’immense privilège d’avoir, suite à une épisiotomie ou une petite déchirure, vous redouterez sans doute la première fois où vous irez à la selle après l’accouchement : la peur que les points sautent vous tétanise ! Courage, tout va bien se passer et ils vous donneront sûrement un petit aidant à la maternité !

Vous aurez encore des contractions après

Eh oui, là encore on ne vous dit pas tout ! Après l’accouchement, dans les heures et les jours qui suivent, votre utérus continue de se contracter afin de retrouver sa taille initiale. On appelle ça  les tranchées. Et pour cause : ça peut faire mal, très mal. Le bonus pour les multipares : plus vous avez d’enfants, plus vous avez mal. Quant à l’allaitement, il augmente les contractions. Mais rassurez-vous, certaines femmes ne les ressentent pas. Vous n’avez plus qu’à croiser les doigts ! Au pire, vous vous gaverez d’antidouleur, voilà tout…

Votre périnée vous réserve peut-être des surprises

Quand vous avez poussé bébé vers la sortie, vous avez tout donné ! Peut-être un peu trop même. Tant et si bien que vous allez expérimenter les joies de l’incontinence urinaire (voire anale pour les plus veinardes d’entre vous). Un rire, un éternuement, et vous voilà… mouillée. Gardez espoir, ce n’est que passager. Et dans quelques semaines, à vous les séances de rééducation du périnée ! Un et deux, et un, et deux, on sert son périnée !

Vous allez faire connaissance avec un nouveau corps

En vous apercevant dans le miroir « mais c’est qui cette femme dans ma chambre ?? Ah oui c’est moi » vous aurez du mal à vous reconnaître. Après 9 mois passé dans un corps qui ne vous appartenait plus, mais rempli et épanoui, le voilà tout à vous… Mais votre petit locataire ne l’a pas vraiment rendu dans l’état où il l’a trouvé. Entre votre ventre mou qui semble encore abriter votre bébé et vos seins durs comme de la pierre qui sont en pleine montée de lait, vous ne savez plus à quel saint ou sein vous vouer. Le choc passé, soyez rassurée : dans quelques semaines, vous vous retrouverez.

Vous ne pourrez peut-être pas vous asseoir/marcher/faire pipi normalement

Et ce, durant plusieurs jours si vous avez eu une épisiotomie. Les fils ne sont pas toujours très agréables, la cicatrice un peu tuméfiée : que du bonheur non ? Achetez une bouée pour vous asseoir et attendez que ça passe. Vous pourrez toujours la recycler pour l’été !

À vous les grosses serviettes hygiéniques et les culottes filets top glamour !

Dès l’accouchement, vous allez perdre ce que l’on appelle les lochies, des saignements qui durent plusieurs jours… à plusieurs semaines. Très abondantes les premiers jours, elles s’atténuent les semaines suivantes. Rangez vos tampons, vous n’avez droit qu’aux serviettes et pas n’importe lesquelles : des garnitures bien épaisses maintenues en place par de jolis sous-vêtements jetables. Amis du glamour, bonjour ! Un conseil : exit les tenues moulantes aux fesses. Optez pour des pantalons confortables larges et des gilets qui arrivent sous les fesses.

Vous allez transpirer comme jamais (sans faire de sport)

« Il fait chaud en maternité, non ? » Pas forcément ! Si vous transpirez, c’est auprès de Mère Nature qu’il faut faire une réclamation. Les variations hormonales et la baisse du niveau sanguins, c’est eux les coupables. Demandez donc à votre cher et tendre de vous ramener de quoi vous changer chaque matin et chaque soir…

Vous pouvez souffrir du syndrome du ventre vide

Votre ventre est vide, désespérément vide (et mou, mais vous avez encore bon espoir qu’il revienne à sa place). Vous avez votre bébé dans vos bras ou dans son couffin et pourtant vous n’avez qu’une envie : retrouver votre ventre de femme enceinte… alors même que la veille vous n’en pouviez plus de cette grossesse. Allez comprendre !

Vous serez à fleur de peau

Toc toc toc, c’est qui ? C’est le baby blues ! Après l’accouchement les hormones de grossesse chutent vertigineusement, entraînant parfois avec elles votre moral dans les tréfonds de vos chaussettes. Crises de pleurs, tristesse, angoisses, ne vous inquiétez pas, ce passage à vide est temporaire. Pour compenser, demandez à vos visiteurs qu’ils vous ramènent du chocolat : ben quoi, c’est un antidépresseur naturel !

Vous ne dormirez plus comme avant (voire plus du tout)

Clairement, après l’accouchement, si dormir est un besoin, il devient secondaire. Toute votre attention est focalisée sur votre bébé, au point d’oublier de dormir, vous, la marmotte de service.

Vous découvrirez ce qu’est l’amour inconditionnel

Impossible de retirer ce sourire béat et totalement niais de votre visage quand vous regardez votre bébé. Malgré toutes ces petites misères pas très heureuses, vous oublierez tout et seriez même (presque) prête à avoir un nouveau bébé pour connaître ce bonheur immense et si déconcertant d’être mère.

Vous en voulez encore ? 6 à 8 semaines après l’accouchement, quand vos lochies auront enfin cessé, vous aurez droit au retour de couche, vos premières règles après l’accouchement… Et bienvenue dans la merveilleuse vie de maman !

Publié le 23/09/2016 à 07:06

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus