Inscrivez-vous et recevez votre E-box de bienvenue

Je m'inscris

Accouchement : comment bien pousser ?

Vais-je être capable d’accoucher ? Vais-je savoir pousser ? De nombreuses questions se bousculent dans votre tête à l’approche de l’accouchement. Vous avez beau suivre des cours de préparation pour le jour J, vous ne savez pas ce que ça fait d’accoucher ni vraiment comment pousser. Voici quelques conseils pour bien y parvenir !

Accouchement : comment bien pousser ?

Être à dilatation complète

Tant que votre col n’est pas complètement effacé et dilaté à 10, pas besoin de pousser, même si vous en avez envie. Retenez-vous… même si c’est plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est bon ni pour vous ni pour bébé de pousser alors que le col est encore présent.

Attendre une contraction

La contraction même est importante dans l’accouchement. Elle pousse le bébé vers le bas qui fait lui-même pression sur le col durant le travail puis l’aide à descendre ensuite. Quand une contraction arrive, prenez une grande inspiration et… allez-y ! Vous pourrez ressentir naturellement le besoin de pousser : c’est encore plus simple dans ce cas-là. Si vous ne sentez pas trop vos contractions à cause de la péridurale, regardez le monitoring ou demandez à la sage-femme de vous indiquer quand une contraction arrive.

Souffler ou bloquer : le rôle de la respiration

Il existe plusieurs techniques pour pousser. Soit vous prenez une grande bouffée d’air et bloquez pour pousser, soit vous poussez en soufflant très progressivement, comme si vous souffliez sur une plume par exemple. Vous verrez le jour J avec quelle technique vous êtes la plus à l’aise et surtout la plus efficace mais sachez que la deuxième fait moins pression sur le périnée et limite ainsi les risques de déchirures.

Pousser comme pour aller à la selle

Difficile de savoir où pousser exactement quand on vous dit de pousser non ? C’est normal ! Concentrez-vous sur votre périnée, un peu comme si vous aviez besoin d’aller à la selle (on vous a dit que l’accouchement ce n’est pas vraiment très glamour ?).

Ne pas crier

Même si vous avez mal et que vous avez très très envie d’hurler parce que vous avez mal, abstenez-vous. Non pas que vous risquez de faire peur à toutes les autres femmes de la maternité, mais c’est surtout parce que vous allez disperser votre énergie. Concentrez-vous et soufflez très fort en poussant vers le bas, ça sera plus efficace, quitte à grogner ou émettre des sons comme une « o » pour toutefois vous exprimer.

Écouter les sages-femmes

Le jour J, vous risquez de vous plonger dans une bulle, surtout si vous avez choisi de faire sans la péridurale : la douleur peut vous déconnecter de la réalité l’espace d’un instant. Pour être sûre de bien pousser, il est essentiel d’écouter les sages-femmes. Vous avez choisi la péridurale ? Pareil ! Soyez attentive aux indications qu’elles vous donnent : avec l’effet de l’anesthésie, vous pouvez avoir une perte de sensation et avoir du mal à bien pousser. Elles sont là pour vous dire si votre poussée est efficace ou pas. Ouvrez donc les oreilles !

Sachez que toutes les femmes, notamment si c’est le premier bébé, se posent cette question. Faites-vous confiance, vous allez y arriver. Et savoir que votre bébé est là, tout près, va décupler vos forces et vous aider à rester concentrée sur les poussées !

Publié le 07/03/2017 à 15:36 mis à jour le 30/03/2017 à 10:47

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus