C'est si bon d'être parents !

Inscrivez-vous au programme La Boîte Rose

J'y vais

Tout savoir sur la motricité libre

Alors que les magasins pour bébé ou les rayonnages des super marchés affichent régulièrement des super promos sur tout le matériel pour bébé (transat, portique, siège, baby-trotte, les professionnels de la petite l’enfance et des crèches développent le projet de la motricité libre. Mais c’est quoi ? Vous allez tout savoir sur la motricité libre.

Tout savoir sur la motricité libre

Qu’est ce que la motricité libre ?

C’est un concept qui ne date pas d’aujourd’hui. Il date des années 1960 et a été inventé à Bucarest, par une Pédiatre, le Docteur Emmy Pikler. Le principe est de laisser le bébé libre de ses mouvements pour lui permettre l’exploration de son corps, de l’environnement qui l’entoure, sans l’intervention d’un adulte et à son propre rythme. Le Dr. Pikler a appliqué cette méthode dans la pouponnière qu’elle dirigeait, et elle s’est très vite aperçu que les petits enfants se développaient naturellement, en progressant de façon bien précise, en acquérant une grande confiance en eux.

Dans la pratique, on s’y prend comment ?

Les premiers mois, le nourrisson a besoin d’être entouré pour se sentir en sécurité. Dès qu’il va vouloir commencer à s’éveiller, plutôt que de le mettre dans un transat où il est bloqué dans ses mouvements, posez-le sur un tapis de sol dans un espace néanmoins sécurisé. Mettez sur le dos et laissez-le libre de ses mouvements. Il agitera les bras, lèvera les jambes, s’attrapera les pieds, tournera la tête, puis petit à petit sur retournera sur le ventre, attrapera des objets, commencera à explorer l’espace qui l’entoure, sentira les formes et les textures des différents jouets. Puis il rampera pour aller vers le quatre pattes. En faisant régulièrement tous ces petits exercices, il se préparera tout seul aux différentes acquisitions. C’est mieux que d’être attaché dans un transat, dans une position imposée par un adulte dont il ne pourra pas se défaire seul.
En grandissant, il va vouloir commencer à se lever et parce que vous avez peur qu’il se fasse mal, vous le posez dans son parc ou dans son trotteur. Réflexe normal me direz-vous ! Mais le plus souvent possible, laissez galoper. Il fera tout seul ce qu’il a envie. Il se mettra debout quand il le décidera, s’accrochera aux chaises, aux meubles, se déplacera à sa guise et surtout marchera quand il le voudra. Il n’en fera pas plus que ses acquisitions lui permettent et ce n’est pas la peine de lui en demander plus. Au contraire, le mettre dans des situations dont il n’a pas le contrôle lui-même est une entrave à son développement. En clair, ne soyez pas trop pressé de le voir grandir !

On l’accompagne

La motricité libre ne signifie pas ne pas s’occuper du tout de votre enfant. C’un un accompagnement bienveillant qui va vous demander de l’investissement et de la surveillance en lui créant un espace sécurisé pour qu’il explore son petit monde. C’est aussi apprendre à l’observer sans forcément intervenir. Vous serez surprise des situations qu’il arrivera à gérer.

Inutile de culpabiliser si vous mettez bébé dans son transat, sa chaise haute, ou son youpala et pas question de tout mettre au placard. Il y a des situations où vous ne pourrez pas faire autrement, mais essayez de limiter leur usage. Vous lui permettrez de faire ses propres découvertes, ses propres acquisitions de prendre confiance en lui, et vous ferez un bébé heureux !

Pour aller plus loin 
- Comment se déroule l’acquisition de la marche ?
- Le développement moteur de bébé de 0 à 1 an

 

 

Publié le 09/08/2017 à 17:07
Auteur : Célia DULONG

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus