Inscrivez-vous au programme La Boîte Rose

Je m'inscris

Mon enfant est hyper émotif

Certains comportements de votre petit vous amènent à vous poser des questions : Dès que vous élevez la voix, il fond en larmes, il sursaute au moindre bruit, il s’énerve pour un oui pour un non, il bégaie dès qu’il doit parler en public. Vous le constatez de jour en jour, il est archi émotif. D’où peut venir cette hypersensibilité ? Comment pouvez-vous l’aider à gérer ses émotions ?

Mon enfant est hyper émotif

Pourquoi cette hypersensibilité ?

Un enfant qui pleure pour une contrariété c’est normal. On peut parler d’hyper émotivité pour un enfant qui réagit de façon très excessive face à une émotion de joie, de tristesse. Il a du mal à gérer ses excès et est souvent d’une extrême timidité. Soyez rassuré, ce n’est pas une maladie, mais plutôt une question de tempérament. Les spécialistes reconnaissent que c’est inné et certainement héréditaire. Pour vous donner une explication plus scientifique, on dira que le cerveau des archi émotifs utilise davantage l’hémisphère droit, ce qui fait d’eux des personnes très intuitives mais aussi très créatives. Ils ont une grande capacité de concentration, et très souvent les enfants hypersensibles ont un quotient intellectuel supérieur à la moyenne.

Comment cela se traduit-il ?

L’enfant hypersensible est particulièrement perturbé par les humeurs des autres. La moindre petite remarque et c’est la crise de larmes assurée, il tremble dès que vous élevez la voix. Il se vexe pour un rien, il a toujours mal au ventre, il est constamment inquiet, il vit tout comme un drame, il imagine des scénarios catastrophes, il est très mal à l’aise en public et cela peut se traduire par un bégaiement dès qu’il faut prendre la parole. L’enfant archi émotif manifeste toutes ses émotions joie, tristesse, peur, colère, amour, frustration de manière très exacerbée. Il a une sensibilité à fleur de peau.

Comment l’aider ?

Pas toujours facile, ni pour lui, ni pour vous, et vous avez peut-être tendance à lui dire : « Bon çà va ! Tu vas t’arrêter ! N’en fais pas un drame ! Et c’est là qu’il vous répond « Je peux pas m’arrêter ! C’est plus fort que moi. ». Ne minimisez pas cette remarque car c’est exactement ce qu’il ressent.
- L’amener à relativiser : en essayant de lui faire comprendre ce qui est important et ce qui ne l’est pas,
- Lui apprendre à temporiser : ne pas réagir tout de suite à la moindre remarque
- Apaiser sa susceptibilité : en lui expliquant que l’on ne veut pas le blesser ou lui faire du mal,
- Développer son autonomie : lui permettra de mieux affronter les situations d’anxiété,
- Gérer ses émotions : en tentant de le faire parler et de mettre des mots sur tout ce qu’il ressent,
- Ne pas se moquer de lui et l’écouter vraiment car sa souffrance est bien réelle pour lui,
- Le sécuriser avec encore plus de câlins,
- Pensez à lui proposer des loisirs créatifs. Selon les spécialistes, la musique, les arts plastiques, la cuisine, le jardinage, mais aussi le rapport avec les animaux et la nature seraient très bénéfiques pour les petits hypersensibles.

Même si parfois vous avez envie de vous fâcher, gardez à l’esprit que la solution n’est pas dans l’énervement ou la colère. Plus vous l’aiderez à surmonter ses difficultés, mieux il apprendra à vivre en paix avec son trop plein d’émotions.

Pour aller plus loin 
- Des livres pour parler des émotions
- Comment aider son enfant à parler de ses émotions

Publié le 03/08/2017 à 12:22
Auteur : Célia DULONG

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus