C'est si bon d'être parents !

Inscrivez-vous au programme La Boîte Rose

J'y vais

Mon enfant est-il hyperactif ?

Votre enfant ne tient pas en place, il s’énerve vite, a besoin d’être tout le temps occupé. Normal direz-vous, c’est un enfant. Mais cela commence à poser problème en dehors de la maison, notamment à l’école. Le mot est lâché : et s’il était hyperactif ?

Mon enfant est-il hyperactif ?

C’est quoi l’hyperactivité ? 

L’hyperactivité, ou TDAH (trouble déficit de l’attention/hyperactivité), est un trouble persistant de l’attention qui affecte durablement le fonctionnement de l’enfant et son développement. L’enfant perçoit tout un tas d’informations de manière simultanée et a du mal à faire le tri ! En classe, par exemple, il peut se laisser distraire par tous les bruits qu’il entend, que ce soit la chaise du copain, les bruits dans la rue ou la voix de la maîtresse : difficile de se concentrer dans ce cas-là. Trouble neuropsychiatrique résultant d’un dysfonctionnement du cerveau, l’hyperactivité toucherait 5 % des enfants en France, soit 200 000 enfants, et plus souvent des garçons que des filles. Une prise en charge est nécessaire pour donner toutes les chances à votre enfant de ne pas se retrouver en échec scolaire mais surtout afin que les conséquences sur sa vie d’adulte soient minimisées.

Quels sont les signes ?

Déficit de l’attention, hyperactivité et impulsivité sont les principaux symptômes du TDAH. L’hyperactivité traduit en fait un déficit attentionnel. Cela se ressent au quotidien : votre enfant a du mal à accomplir une tâche qui demande de la concentration et de la réflexion mais aussi à respecter des consignes. Il est également très agité, bouge beaucoup, peut être agressif et ne supporte pas les frustrations. Ces difficultés, vous pouvez les voir à la maison, mais aussi à l’école par les différentes observations que pourra faire la maîtresse ou l’institutrice de votre enfant. C’est le caractère excessif de ses réactions qui doivent vous mettre la puce à l’oreille ainsi que le fait que ces signes durent dans le temps et sont constants. Si le diagnostic peut être posé avant l’âge de 7 ans, c’est généralement à l’entrée en primaire que la question va se poser, le TDAH étant souvent associé à la dysorthographie, un problème de dyslexie ou de dyscalculie, réels freins à l’apprentissage de l’écriture, de la lecture et des mathématiques.

Comment être sûr que mon enfant n’est pas juste turbulent ?

Bien évidemment, ces seuls signes ne veulent pas dire que votre enfant souffre de TDAH car tout enfant peut traverser des périodes plus ou moins agitées ou un état résultat de ce que l’on appelle une pseudo-hyperactivité due à des problèmes psycho-affectifs, à un manque de cadre dans l’éducation, mais aussi à la fatigue ou à des troubles du sommeil.

Avant de parler d’hyperactivité, il faut donc passer par un neuropsychiatre ou un pédopsychiatre qui va faire un bilan complet : test de l’attention, de l’audition, de la vue, examen psychomoteur, tout est passé au peigne fin pour écarter d’autres pistes.

Comment pallier à ces comportements ?

Pour aider votre enfant, il est possible d’entreprendre une thérapie comportementale. Un traitement peut également être prescrit. Enfin, rassurez-vous, car l’hyperactivité ne perdure pas forcément toute la vie. Ainsi, il ne persiste à l’adolescence et une fois adulte que dans 65 % des cas. D’où l’importance de le diagnostiquer relativement tôt, pour lui, mais aussi pour vous : les parents d’enfant TDAH peuvent se retrouver en grande difficulté face à ces crises continuelles à gérer chaque jour.

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin de famille ou votre pédiatre : il pourra vous aiguiller vers des spécialistes de la question.

Publié le 03/08/2017 à 14:47

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus