C'est si bon d'être parents !

kiabi

 

 

Mon enfant me rejoint dans le lit la nuit : faut-il s'inquiéter ?

Votre petit a grandi : il dort désormais dans un lit de grand duquel il peut sortir quand il veut… et il l’a d’ailleurs très bien compris. Ainsi, il a beau avoir une chambre, il vous rejoint systématiquement dans votre lit la nuit. Si dormir avec son enfant est souvent le moyen que tout le monde passe une nuit paisible, il est légitime de s’interroger si cela est bien normal ou s’il faut vous inquiéter. Décryptage de la situation !

Mon enfant me rejoint dans le lit la nuit

Le sommeil de l’enfant : un sommeil parfois perturbé

Il n’y a rien de plus faux que l’expression dormir comme un bébé : vous l’avez d’ailleurs sûrement constaté depuis la naissance de votre loulou. Vivre des nuits agitées avec son enfant est normal, même lorsqu’il sait dormir une nuit complète dans son lit ou qu’il est grand. En grandissant, son sommeil peut se retrouver modifié pour diverses raisons.


Mon enfant vient dans mon lit : les causes possibles

Pour que votre enfant éprouve le besoin de vous rejoindre la nuit, c’est qu’il est animé par une peur ou une angoisse. Elle peut avoir plusieurs origines :

- une nouvelle phase d’acquisitions (au niveau du langage par exemple ou de l’autonomie, de la propreté) ;
- des cauchemars ;
- une peur du noir ;
- un événement récent (déménagement, entrée en crèche ou à l’école) ;
- l’arrivée d’un bébé dans la famille ;
- une maladie (rhume, fièvre…) ;
- parce qu’il ne vous voit pas assez dans la journée.
Quoi qu’il en soit, il a sûrement besoin d’être rassuré, tout simplement.


Comment réagir si mon enfant me rejoint dans le lit la nuit ?

En pleine nuit, vous pouvez vous sentir agacés d’être réveillés par ce petit coquin qui vous rejoint. Mais ne vous énervez pas : il ne le fait pas exprès. Et puis vous ne connaissez pas forcément la cause de son sommeil difficile : l’habitude de vous rejoindre peut s’installer sans même que vous vous en rendiez compte et cela serait délétère de le gronder ou le renvoyer illico dans sa chambre s’il a peur à cause d’un cauchemar par exemple. Le matin, quand les esprits sont apaisés – et reposés aussi –, expliquez à votre enfant que la nuit, chacun doit dormir dans son lit. Qu’il peut venir s’il a fait un cauchemar, mais que vous le raccompagnerez dans sa chambre.


Le cododo : une pratique fréquente à travers le monde

Si en France, et de manière générale en Occident, il est peu fréquent que les parents partagent le sommeil de leur enfant, ailleurs dans le monde, c’est plutôt la norme. Dormir avec son enfant (le cododo) est souvent une question de place dans l’habitation, mais aussi une autre norme sociale. Ainsi, au Japon ou aux États-Unis, il n’est pas rare que les enfants dorment avec leurs parents. C’est donc avant tout une question culturelle. A vous de vous situer par rapport à cette question : acceptez-vous que votre enfant vous rejoigne dans votre lit ou cela vous dérange-t-il ? Vous adapterez alors votre comportement vis-à-vis de votre enfant en fonction.


Mon enfant me rejoint dans le lit : est-ce grave ?

Certains psychologues mettent cependant en garde les parents dont l’enfant un peu grand dort tout le temps dans leur lit. Pour eux, le lit représente un lieu sacré parental : il représente le tabou de l’inceste. Selon leur théorie, la place de l’enfant pourrait être confuse, étant entre les deux parents, et cela entraînerait des problèmes pour son développement et sa sexualité future. On peut ainsi dire qu’il ne vaut mieux pas laisser la situation s’installer, du moins pas sans discussion et mise en place de solutions, mais que des nuits ponctuelles ne mettent pas en péril le bon développement de votre enfant.


Comment aider mon enfant à se rendormir seul ?

Votre enfant ne se sent peut-être en sécurité dans sa chambre pour pouvoir se rendormir sans votre aide, et ce, même s’il y parvenait bébé. Vous pouvez éventuellement mettre des solutions en place pour l’aider à y parvenir :

- aménager la chambre pour en faire un cocon rassurant : prévoyez une veilleuse la nuit et mettez son lit dans un coin de la pièce, et non pas en plein milieu, si possible à distance de la porte de la chambre ;
- établir des règles pour venir dormir dans votre lit : l’autoriser à venir uniquement lors de certains événements ou jours de la semaine (le week-end par exemple) ;
- lui accorder plus de temps le soir, après la crèche ou l’école : lui lire une histoire, passer du temps en tête-à-tête, sans téléphone ni écran, manger avec lui ;
- instaurer un rituel du coucher et s’y tenir.


Et si mon enfant continue de me rejoindre ?

Rassurez-vous, si toutes ces solutions ne fonctionnent pas, dites-vous que la situation devrait normalement se régler d’elle-même, en continuant de lui réexpliquer, en le rassurant… et en le raccompagnant dans son lit quand c’est possible : faire du forcing ou le laisser pleurer ne servira à rien, si ce n’est à renforcer son insécurité et par la même son comportement. Apprendre à se séparer la nuit, cela peut prendre du temps : il faut donc faire preuve de patience. Un jour, quand il sera prêt, votre enfant ne se lèvera plus la nuit pour vous rejoindre et dormira comme un loir jusqu’au petit matin. Nul doute qu’à ce moment-là, vous deviendrez nostalgique de ces moments de sommeil partagé !


À lire aussi :
Gérer les angoisses du soir : il ne veut pas aller se coucher
Bébé dort-il suffisamment ?
Bébé refuse de faire la sieste : que faire ?

 

Publié le 06/01/2020 à 11:15

Articles les + populaires

1 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

Thomas le 2020-05-27 00:11:31

Ma fille refuse de s’endormir seule. Je la pose dans son lit une fois endormie et veut les bras dans la nuit me rejoint dans mon lit impossible de la recoucher donc je n’insiste pas. Bebe était allaitée par sa mère et donc à toujours été en cododo comment lui faire comprendre qu’elle a son lit ?