C'est si bon d'être parents !

la boîte rose

Mon enfant s'endort tard le soir

Vous avez tout essayé mais rien n’y fait : votre enfant ne dort jamais à 20h et pousse facilement jusqu’à 22h, voire plus. Vous ne savez plus quoi faire pour faire en sorte qu’il dorme tôt. Au-delà du fait que vous n’avez plus de soirée, votre enfant manque de sommeil : en se levant à 7h pour aller à la crèche ou l’école, cela fait court la nuit. Voici des pistes de réflexion à explorer pour résoudre le problème. 

Mon enfant s'endort tard le soir

Vous n’êtes pas seuls !

Les parents ont souvent en tête l’idée qu’un enfant ça dort à 20h. Du moins chez les autres. Eh bien figurez-vous que vous n’êtes pas les seuls à vous torturer les méninges pour faire dormir votre petit loulou plus tôt. C’est juste que les autres parents n’en parlent pas ! Entre 2 et 6 ans, les problèmes d’endormissement sont fréquents.

Et si c’était un couche-tard ?

Les enfants, c’est finalement comme les adultes : ils ont chacun leur heure pour se coucher. Il n’est pas impossible que votre enfant soit plutôt du genre à se coucher tard tout simplement parce que c’est son rythme naturel de sommeil. L’autre hypothèse c’est que vous avez loupé le coche… Eh oui, peut-être 20h est trop tard pour votre enfant qui aurait bien été dormir 30 minutes ou 1h plus tôt. Le train de sommeil étant passé… il faut donc attendre le prochain.

La traduction d’un besoin

Si votre enfant s’endort tard, c’est peut-être aussi parce qu’il n’a pas assez profité de vous. Vous rentrez tard du travail ? Peut-être en aménageant un temps calme de jeu en tête-à-tête durant 10-15 minutes chaque jour, vous pourrez ainsi remplir son réservoir d’amour et il pourra aller se coucher plus sereinement.

Les signes d’endormissement

Ce n’est pas toujours simple de repérer les signes d’endormissement d’un enfant. Même quand il sait parler, il ne va pas forcément l’exprimer avec des mots. Il se touche le visage, se frotte les yeux ou la tête : il est temps qu’il aille au lit ! Veillez à ce que l’ambiance soit calme et tamisée afin que toutes les conditions soient réunies pour un coucher réussi.

Ne pas s’engager dans une lutte pour le coucher

Le coucher ne doit pas être un moment de tension : forcer votre enfant à se coucher n’est pas forcément une riche idée. Vous avez beau lui expliquer qu’il doit dormir, mettre en place un rituel du coucher, s’il n’est pas fatigué, vous ne pourrez rien y faire. Vous risquez même d’entretenir une certaine peur du coucher.

Réduire la durée de la sieste

Parfois aussi un enfant qui a du mal à s’endormir le soir dort en fait trop ou trop tard durant la sieste. Réduire le temps de sieste ou coucher votre enfant plus tôt permettra peut-être qu’il s’endorme moins tard le soir. À tester !

Rassurer votre enfant

Enfin, les problèmes d’endormissement peuvent aussi être dus à une angoisse, une peur du noir ou de faire des cauchemars. Certaines acquisitions peuvent aussi perturber le sommeil : interrogez-vous sur ce que vit votre enfant à la maison ou à l’école, peut-être vous trouverez un début de réponse expliquant ce problème du coucher.

Enfin, si l’on en croit Isabelle Filliozat, la production de la mélatonine, hormone du sommeil, se régule à 6 ans et, comme par magie, les enfants s’endorment plus tôt à partir de cet âge-là. Patience donc…

Publié le 31/07/2017 à 13:46

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.