C'est si bon d'être parents !

laboiterose

Tout ce qu'il ne faut pas dire à votre fille ou votre belle-fille enceinte

Votre fille ou belle-fille est enceinte et évidemment vous avez très envie de parler de cette grossesse et de donner votre avis pour aider. Votre dernière grossesse date d’il y a 30 ans et depuis, bien des choses ont évolué vous allez voir. Alors discuter, c’est bien, mais il y a certains commentaires qu’il vaut mieux garder pour soi, surtout face à une femme enceinte boostée aux hormones !

Tout ce qu'il ne faut pas dire à votre fille ou votre belle-fille enceinte

“Tu ne penses pas être trop jeune / trop vieille pour faire un enfant ?”

L’âge c’est tabou, on en viendra tous à bout. Existe-t-il un bon âge pour devenir maman?
Chacun a son avis sur la question, des désirs et des parcours de vie différents. Votre fille a certainement fait ce bébé en ayant conscience de ce que cela implique, il est l’heure pour vous de la soutenir.

"Quand j’étais enceinte de toi…”

Autre époque autre moeurs, en matière de grossesse tout évolue très vite. Votre grossesse et celle de votre fille seront donc très différentes, mais faites lui confiance, elle fait au mieux pour son bien et celui du bébé.

"Un garçon ? Ooooh, je rêvais d’une petite fille”

Ahem, est-il nécessaire de préciser que l'on ne choisit pas, et que tant que le bébé est en bonne santé, fille ou garçon tout nous va !

“Tu as mauvaise mine”

Nausées, fatigue, angoisse, rappelez-vous comme être enceinte peut mettre sur les rotules. Et si il y a bien quelqu’un qui peut faire preuve de compréhension et de compassion envers une femme enceinte, c’est sa maman.

“Arrête de stresser”

Soyez-en sûre, elle adorerait arrêter de stresser. Mais voilà cela ne se commande pas, et plus on parle de stress, plus il grandit. Montrez-vous calmes, rassurants, elle vous en sera reconnaissante.

“Tu devrais faire attention à ta ligne, les kilos de grossesse sont durs à reperdre”

Oui mais ils sont faciles à attraper… Une faim permanente qui tiraille l’estomac, le congé maternité à somnoler sur la canapé n’arrangent rien. Mais votre fille est épanouie dans son rôle de future-maman et ça fait plaisir à voir, elle aura bien le temps de penser à ses hanches arrondies plus tard (voire beaucoup plus tard).

“Tu peux quand même boire une petite coupe de champagne pour trinquer avec nous  !”

Concrètement, oui, elle adorerait. Mais si Laurence Pernoud n’y voyait pas d’inconvénient en 1980, en 2018 c’est tolérance zéro alcool pendant la grossesse et les médecins sont intraitables sur le sujet. Trouvez-lui un bon petit pétillant de pommes pour pallier à ce manque et gardez une bonne bouteille au frais pour après l’accouchement (et l’allaitement…).

“A la naissance je m’installerai une ou deux semaines chez toi, pour t’aider”

Alors oui, pourquoi pas, mais parlez-en d’abord avec elle et son conjoint. Peut-être ont-ils envie de savourer les débuts en tête à tête. Si elle ressent le besoin de votre présence elle saura vous le faire savoir et sera ravie que vous soyez disponible, mais dans le cas contraire ne vous vexez pas, ce n’est pas contre vous.

“Oui l'accouchement ça fait un peu mal, mais quand on te met ton bébé sur le ventre, tu oublies tout”

Rangez la grande réponse toute faite sur le mystère de l’accouchement et préparez-vous à parler vraiment avec votre fille. Vous pouvez dire la vérité sans l’effrayer. Lui raconter ce que vous avez ressenti (ou pas ressenti d’ailleurs), vos angoisses, vos joies. Partagez votre expérience permettra de vous rapprocher l’une de l’autre.

“Tu sais le petit fils de la cousine de ma voisine a eu un bébé, figure-toi qu’il a 3 bras et pas d’oreille !”

Alors des histoires glauques de bébé mal en point ou d'accouchements effroyables on en a tous entendu autour de soi. Mais est-ce vraiment la peine d’aller raconter ce genre de faits-divers à une femme enceinte déjà un peu stressée ?

“Mais qu’est ce que c’est que ce prénom ? J’aurais préféré Clotilde / Lucie / Charlotte”

Rayez la mention inutile. Votre fille vous a fait assez confiance pour vous révéler le prénom qu’ils avaient choisi pour leur bébé à venir ? Savourez cette confidence, prononcez-le pour vous y faire, mais ne le critiquez pas, parce qu’une fois le bébé au monde, son prénom vous semblera bien secondaire.

 

 

Publié le 24/05/2018 à 16:34

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus