C'est si bon d'être parents !

laboiterose

Adoption : quand et comment en parler à son enfant ?

L’enfant adopté, quelque soit son âge au moment de son adoption, n’est pas « une page blanche » : même tout-petit, votre enfant a sa propre histoire. Pas question alors de l’en priver. Pour pas à pas construire son identité, il a besoin de savoir. Mais que faut-il dire à un enfant adopté ? Et à quel moment ? On vous explique tout.

Adoption : quand et comment en parler à son enfant ?

Enfant adopté : doit-on en parler dès les premiers jours ?

Les psychologues sont unanimes : il est important d’apprendre le plus tôt possible à votre enfant qu’il a été adopté, pour qu’il ait le sentiment de l'avoir toujours su. Les secrets de famille ne font qu’engendrer troubles, traumatismes et même violence psychologique le jour où ils éclatent Si la révélation tarde, il réalisera qu'il s'est construit une personnalité sur une fausse réalité. C'est avant même que le bébé n'accède au langage que les parents peuvent lui parler de sa naissance Dès les premiers jours, parlez-en librement devant lui avec vos proches, sans forcément vous étaler. Avec des mots simples, expliquez-lui qu’il a été engendré par d’autres parents avant vous mais qu’il est dès lors votre enfant.

Dès qu’il est en âge de regarder des photos, montrez-lui les photos de son arrivée, expliquez-lui avec des mots simples comment cela s’est passé. Ainsi, vous lui permettez de s'approprier son histoire. Dès qu’il est en âge de lire des livres, vous pouvez choisir des histoires de bébés animaux qui ont perdu leurs parents et sont recueillis par d’autres animaux par exemple…Cela lui permettra d'enrichir ses représentations sans pour autant que ce soit directement en rapport avec lui.

Enfant adopté : faut-il tout dire ?

Il ne s’agit pas de tout dire mais bien de lui donner un certain nombre d'éléments concrets tout en le protégeant de représentations insupportables ou incompréhensibles pour son âge. Avec des mots simples, adaptés à son âge, vous pouvez lui expliquer qu’une femme l'a porté dans son ventre mais ne pouvait pas le garder. N’allez pas chercher midi à 14h et utilisez des mots simples, tout en restant dans l’explication générale. Et surtout, dédramatisez la situation. Lorsqu’il sera plus grand, s’il le demande, vous pourrez alors rentrer davantage dans les détails.

Enfant adopté : y a-t-il des erreurs à éviter ?

Lorsque vous évoquerez ses parents biologiques, inutile d’en faire trop : il pourrait alors se sentir complètement délaissé par ces parents idéalisés. A l’inverse, inutile de les accabler, car ils font partie de son identité, de son histoire : il pourrait se sentir directement visé si vous les évoquez dans des termes peu flatteurs.

Deuxième erreur : le manque de pudeur quant à l’adoption de votre enfant. Etre honnête avec lui et sincère ne signifie pas forcément le crier sur tous les toits !

Enfant adopté : va-t-il nous poser des questions ?

C'est vers l'âge de 3-4 ans que les premières questions arrivent. C’est à ce moment-là que vous devez vous montrer à l'écoute des interrogations de votre enfant afin de déchiffrer ce qu'il souhaite réellement savoir : est-il lui aussi sorti de votre ventre, pourquoi a-t-il été mis en adoption… A l’inverse, s’il ne pose aucune question ou que vous sentez que le sujet le chagrine, il peut être judicieux de lui tendre des perches, sans pour autant se montrer insistant.

Soyez toujours ouvert à parler et à communiquer : il est légitime que votre enfant soit curieux de ses origines et qu’il cherche des réponses.

 

 

 

Publié le 14/02/2017 à 17:25 mis à jour le 04/04/2017 à 09:26
Auteur : Célia DULONG

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.