ACTEUR ENGAGÉ
DÈS LE DÉBUT DE LA VIE

Les différents types d'infertilité masculine et féminine

Les causes d’infertilité varient énormément et dépendent à 30 % de l’homme, à 30 % de la femme, à 30 % des deux partenaires et les 10 % restant sont des causes inexpliquées. Un bilan est proposé aux deux partenaires lorsque les tentatives ont échoué après un délai de 12 à 18 mois. Si votre infertilité est avérée suite à ce bilan, il sera nécessaire de déterminer à quel type d’infertilité votre couple est confronté afin d’adapter les solutions possibles. 

Couple assis sur un lit, se tourne le dos et se tiennet la tête. Ils semblent préoccupés

LES SYMPTÔMES FRÉQUENTS DE L’INFERTILITÉ

Linfertilité est caractérisée par des difficultés, voire une incapacité pour un couple à concevoir un enfant après au moins 12 à 18 mois de rapports sexuels réguliers sans moyen de contraception.

Chaque cas est différent, mais parmi les symptômes les plus courants on retrouve : 

- des cycles menstruels irréguliers chez les femmes,
- des douleurs anormales lors des règles ou lors des rapports sexuels,
- une aménorrhée,
- des anomalies au niveau des ovaires ou de l’utérus,
- des troubles hormonaux,
- un dysfonctionnement de l’érection chez les hommes,
- des douleurs au niveau des testicules,
- une mauvaise qualité ou une trop faible quantité de spermatozoïdes dans le sperme.

 

L’INFERTILITÉ PRIMAIRE

L’infertilité primaire se caractérise par une absence totale de grossesse chez la femme. Les couples qui souffrent d’infertilité primaire ne sont jamais parvenus à avoir des enfants auparavant. 

 

L’INFERTILITÉ SECONDAIRE

Si le couple a déjà eu au moins un enfant, mais qu’il n’arrive plus à en avoir, alors on parle d’infertilité secondaire. Cette infertilité survient parfois chez les femmes matures. Des problèmes de santé survenus lors d'une grossesse précédente sont aussi des causes possibles.

 

L’INFERTILITÉ PRIMO-SECONDAIRE

Le dernier type d’infertilité est l’infertilité primo-secondaire. C’est notamment le cas lorsqu’une grossesse a pu commencer, mais sans aller à terme et donner naissance à un enfant (ex : cas des fausses couches).

Selon si l’infertilité du couple est de type primaire ou secondaire, la solution d’assistance médicale à la procréation proposée pourra être différente.

 

L’INFERTILITÉ D’ORIGINE IMMUNOLOGIQUE

L’infertilité immunologique peut être détectée aussi bien chez l’homme que chez la femme. Les principales causes d’immunologie sont : 
- une fabrication d'anticorps anti-spermatozoïdes chez l'homme ou la femme, en cas d’allergie au sperme,
- une création d'anticorps anti-ovaires susceptibles de faire baisser la réserve ovarienne chez la femme.

 

L’INFERTILITÉ IDIOPATHIQUE OU INEXPLIQUÉE

L’infertilité idiopathique, aussi appelée « infertilité inexpliquée » touche entre 10 et 15 % des couples. Elle se caractérise par une absence d’origine retrouvée après divers examens médicaux chez l’homme et la femme. Parmi les examens, seront effectués chez la femme : un bilan hormonal, une échographie utérine, une vérification du bon fonctionnement des ovaires et des trompes de Fallope. Pour l’homme sera demandé la réalisation d’un spermogramme afin de vérifier la qualité et la quantité des spermatozoïdes présents dans le sperme. Si aucune anomalie n’est détectée, le médecin pourra prescrire un bilan plus complet afin de détecter une potentielle endométriose silencieuse ou une maladie auto-immune chez l’un des deux partenaires. 

En cas d’infertilité inexpliquée et si tous les résultats obtenus suite aux examens médicaux sont normaux, les médecins émettront l’hypothèse du facteur psychologique ou environnemental du couple. Une consultation avec un.e psychologue est alors indiquée.

 

PEUT-ON PRÉVENIR LES RISQUES D’INFERTILITÉ ?

Il est encore difficile d’anticiper et de prévenir les facteurs à risque d’infertilité chez les hommes et les femmes. Néanmoins, quelques bonnes pratiques peuvent vous aider à améliorer votre fertilité : 

- Avoir une bonne hygiène de vie au quotidien,
- pratiquer une activité physique régulière,
- avoir une alimentation équilibrée,
- éviter la consommation excessive d’alcool,
- éviter le contact avec des perturbateurs endocriniens,
- éviter de fumer.

 

LES TRAITEMENTS MÉDICAUX CONTRE L’INFERTILITÉ MASCULINE ET FÉMININE

Suite à un bilan de fertilité ainsi que divers examens médicaux, tels qu’un spermogramme, un examen de la glaire cervicale et une échographie des ovaires et de l’utérus, un médecin spécialiste de la fertilité sera en mesure de vous proposer un traitement adapté. L’origine de la stérilité ainsi que le profil du couple (âge, antécédents médicaux, état de santé) sont des facteurs déterminants dans le choix du traitement qui sera prescrit.

Un traitement hormonal sera prescrit à un homme souffrant de troubles de l’éjaculation afin de stimuler sa production de spermatozoïdes.

Pour une femme, il pourra également lui être prescrit un traitement hormonal afin d’améliorer des cycles menstruels anormaux ou de stimuler son ovulation

Le couple pourra aussi avoir recours à une assistance médicale à la procréation, notamment grâce à une fécondation in vitro (FIV) ou à une insémination artificielle. Les FIV sont fréquemment utilisées en cas d’endométriose, de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), d’insuffisance ovarienne ou d’azoospermie chez les hommes. 

Parfois, une opération chirurgicale reste nécessaire en cas d’obstruction des trompes de Fallope ou bien en cas d’ablation de fibromes utérins.
Enfin, sachez qu’une thérapie psychologique peut également aider certains couples à gérer les troubles d’infertilité rencontrés.

 

À lire également :
Faire une FIV à l'étranger
PMA, ça y est, je suis enceinte !
PMA : comment surmonter les grossesses de mes proches

Publié le 20/09/2021 à 16:31

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.