C'est si bon d'être parents !

Inscrivez-vous au programme La Boîte Rose

je m'inscris

Comment faire le deuil d'une dernière grossesse ?

La famille est au complet et si l’envie de pouponner est là, la raison vous dit que non, vous êtes bien assez nombreux et à l’équilibre dans votre maisonnée. Mais comment faire le deuil de cette dernière grossesse quand les hormones nous travaillent au corps ?

Comment faire le deuil d'une dernière grossesse ?

Faire ou ne pas faire le petit dernier : votre décision

Un bébé, sa petite odeur délicieuse, la chaleur des câlins, les petits vêtements adorables... Certes l’idée est tentante de faire un dernier bébé, mais vous avez la sensation d’avoir enfin sorti la tête de l’eau.
Bye bye couches, biberons et nuits hâchées, vos vacances commencent enfin à ressembler à des vacances, niveau finances ( aspect matériel mais non négligeable) aussi ça roule à peu près, bref vous avez trouvé votre rythme et vous vous sentez au complet. Oui mais voilà il y a “ce manque” qui brûle en vous… Il n’y a que vous et votre amoureux pour prendre la décision de sauter le pas, ou pas !

Avez-vous vraiment envie d’un bébé ?

Ce fameux manque ne serait-il pas simplement de la nostalgie ?
Une nostalge justifiée, car la maternité est faite de moments intenses et fugaces qu’il est difficile de capter, et que l’on apprécie vraiment une fois qu’ils sont passés.
Vous vous souvenez avec émotions et plaisir de l’allaitement par exemple, mais rappelez-vous toutes les inquiétudes que cela suscitait chez vous quand vous aviez la tête dans le guidon.
Vous fondez devant les bébés d’un an, cet âge formidable où ils acquièrent la marche et le langage, mais rappelez-vous comme vous étiez épuisés quand votre bébé acceptait enfin de s'endormir après des heures passées à ses côtés.
Et puis un bébé ne reste pas bébé, il grandira, suivra le chemin de ses aînés, que se passera-t-il si le manque se fait à nouveau sentir ?

Faire le deuil d’une dernière grossesse

Votre décision est prise, il n’y aura pas de dernier bébé. Pour bien le vivre, Ne vous laissez pas envahir par cette nostalgie tout-à-fait légitime. Dépassez-là et digérer cette “fin d’une époque”, pour mieux profiter de l’instant présent !
Qui dit “fin d’une époque” dit aussi “début d’une nouvelle ère” !
Lancez-vous dans des projets motivants et innovants pour toute la famille : voyages, déménagements, reprise du travail si vous vous étiez arrêtée pour vous consacrer aux enfants, travaux... Si en plus ça vous fait dire “je n’aurai pas pu le faire avec un tout-petit”, c’est le jackpot !
Profitez des bons moments présents, à deux ou en famille, profitez de tout ce que vous pouvez faire avec des enfants plus grands !

Et puis si vraiment l’envie de sentir un tout-petit contre vous devient trop forte, il reste les bébés des copines ou des soeurs plus jeunes, qui épuisées par leurs nuits trop courtes seront ravies de vous confier leur progéniture le temps d’un après-midi. On ne pense pas assez à l’idée cadeau “bon pour une heure de garde par tata qui est en manque de bébé” !

 

 

Publié le 06/12/2017 à 10:47

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus