ACTEUR ENGAGÉ
DÈS LE DÉBUT DE LA VIE

10 idées reçues sur l'infertilité à oublier

On entend beaucoup d’informations circuler sur la fertilité et les problèmes d’infertilité des hommes et des femmes. Endométriose, impact psychologique, pilule, sont autant de sujets qui portent à controverse. Mais toutes ces idées reçues sont-elles vraies ? On décrypte pour vous les 10 idées reçues les plus courantes sur l’infertilité qui sont - définitivement - à oublier !

Une femme et sa mère se prennet dans les bras

1. LE RECOURS À UNE IVG PROVOQUE DES PROBLÈMES D’INFERTILITÉ

Qu’il soit effectué par voie médicamenteuse ou chirurgicale, l’acte d’interruption volontaire de grossesse (IVG) en lui-même n’augmente pas les risques d’infertilité, à condition qu’il soit réalisé par des professionnels de santé dans un établissement médical. En revanche, les potentielles complications liées à l’IVG peuvent avoir un impact sur la fertilité. Par exemple, si l’utérus se retrouve endommagé suite à l’intervention chirurgicale. 

2. L’INFERTILITÉ EST UN PROBLÈME EXCLUSIVEMENT FÉMININ 

On associe souvent, à tort, l’infertilité à un problème uniquement réservé aux femmes. Or, l’infertilité concerne autant les hommes que les femmes. En effet, les causes de l’infertilité ne proviennent pas spécifiquement du sexe de la personne, mais plutôt de son âge, de son état de santé ou de son mode de vie par exemple. Les hommes sont donc autant touchés que les femmes. L’infertilité masculine est principalement due à des défauts de qualité ou de quantité des spermatozoïdes dans le sperme. En France, on estime qu’environ 1 couple sur 7 sera confronté à des problèmes d’infertilité et dans près d’un tiers des cas, l’infertilité est d’origine mixte. 

3. ON NE PEUT BÉNÉFICIER D’UN PARCOURS DE PMA QUE SI ON SOUFFRE D’INFERTILITÉ

Les raisons pour lesquelles un couple peut faire une demande de procréation médicalement assistée (PMA) sont nombreuses. En plus des cas d’infertilité, les femmes célibataires ainsi que les couples de femmes peuvent désormais avoir recours à une assistance médicale à la procréation (amp) jusqu’à leur 43 ans. Selon l’Inserm, on estime que 3.1 % des naissances recensées en 2015 en France sont issues d’un parcours de PMA. 

4. AVOIR DÉJÀ EU DES ENFANTS EMPÊCHE DE DEVENIR INFERTILE

Un homme ou une femme ayant déjà eu un premier enfant au cours de sa vie peut parfaitement rencontrer par la suite des difficultés à concevoir naturellement un deuxième ou troisième bébé. En cause : l’avancée en âge, une infection, une maladie ou un changement de mode de vie. Dans ce cas, si le couple souhaite un nouvel enfant, il pourra faire une demande de procréation médicalement assistée (PMA) telle qu’une insémination artificielle ou une FIV.

5. AVOIR DES RAPPORTS SEXUELS PLUSIEURS FOIS PAR JOUR EST EFFICACE FACE À L’INFERTILITÉ

Cette idée reçue a la vie dure. Ce n’est pas tant le nombre de rapports sexuels qui compte lorsqu’un couple souhaite concevoir un bébé, mais de faire l’amour principalement au moment de l’ovulation. Il est donc important de réussir à déterminer précisément cette période et privilégier des rapports réguliers (soit toutes les 48 h environ) tout au long du cycle pour augmenter les chances de conception. Si cela fait plus d’un an que vous essayez de concevoir un bébé, mais que vous n’êtes toujours pas enceinte, consultez un gynécologue. Il prescrira un bilan de fertilité à votre couple et vous proposera des traitements adaptés à votre situation.

6. SI UNE FEMME A PRIS LA PILULE PENDANT DES ANNÉES, SA FERTILITÉ RISQUE DE CHUTER 

Peut-être avez-vous déjà entendu dire que la prise d’un moyen de contraception hormonale, comme la pilule ou le stérilet pouvait provoquer un risque d’infertilité ? Sachez que c’est totalement faux. L’utilisation de la pilule ou d’un stérilet n’aura pas d’impact sur la fertilité d’une femme pour concevoir un enfant par la suite. La pilule, tout comme les autres contraceptions hormonales, a pour but de bloquer l’ovulation. À l’arrêt de celle-ci, il faut en moyenne 3 mois pour retrouver un cycle normal. Quant au stérilet, ce n’est pas l’objet lui-même qui peut rendre les femmes stériles, mais les infections ou maladies sexuellement transmissibles qui peuvent avoir un impact sur la fertilité avant la pose. Un dépistage peut être prescrit en amont afin d’écarter tout risque d’IST.

7. L’INFERTILITÉ EST HÉRÉDITAIRE

Toutes les maladies génétiques ne sont pas héréditaires. Contrairement à la mucoviscidose et l’hémophilie qui sont des maladies génétiques héréditaires, l’infertilité ne l’est pas. En revanche, des cas de ménopause précoce chez votre mère, grand-mère et d’autres femmes de votre famille peuvent être héréditaires et vous avez davantage de risques d’être touchée également.

8. TOUTES LES FEMMES ATTEINTES D’ENDOMÉTRIOSE SONT INFERTILES

L’endométriose est souvent diagnostiquée chez une femme lors d’un bilan d’infertilité, notamment si elle rencontre des difficultés à concevoir un enfant et à tomber enceinte. Or, l’endométriose n’est pas toujours associée à l’infertilité. On retrouve généralement les mêmes symptômes, qui sont des règles très douloureuses, des douleurs pendant les rapports sexuels ou des douleurs abdominales. En revanche, seules 30 à 40 % de femmes sont réellement confrontées à un problème d’infertilité lorsqu’elles sont atteintes d’endométriose.

9. RÈGLES ET INFERTILITÉ SONT-ELLES LIÉES ?

Des douleurs pendant vos règles ou un cycle irrégulier vous inquiètent ? Rassurez-vous, des règles irrégulières ou douloureuses ne sont pas nécessairement synonymes d’infertilité. D’où l’importance d’apprendre à connaître son corps et son fonctionnement pour déterminer son cycle et repérer une anomalie. Seul un gynécologue pourra vous confirmer une absence d’ovulation grâce à des examens médicaux.

10. L’INFERTILITÉ EST UNIQUEMENT DE CAUSE MÉDICALE

Les causes de l’infertilité peuvent être médicales, mais également psychologiques. Stress, angoisses, traumatismes, violences, peur inconsciente de devenir parent… sont autant de causes potentielles qui peuvent mener à une infertilité. La meilleure solution consiste alors à verbaliser vos émotions afin de réussir à franchir ce blocage. Parlez-en avec votre conjoint.e ou un psychologue.

Vous l’aurez compris, l’infertilité est un sujet complexe sur lequel il est important de bien se renseigner. Si vous avez des doutes, consultez un médecin ou un gynécologue. 

 

À lire également :
Alimentation et fertilité : les aliments pour tomber enceinte
VIH et grossesse : est-ce possible ?
Comment tomber enceinte ? Nos 10 astuces

Publié le 21/09/2021 à 16:22

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.