C'est si bon d'être parents !

Vous avez accouché par césarienne : ne culpabilisez pas

Votre accouchement ne s’est pas déroulé comme vous l’imaginiez : vous avez eu une césarienne et en gardez un souvenir difficile dont vous avez du mal à vous défaire. Pire : vous culpabilisez de ne pas avoir pu mettre votre enfant au monde par voie basse. Stop ! Vous avez fait du mieux que vous pouvez et vous avez bel et bien accouché !

Vous avez accouché par césarienne : ne culpabilisez pas

Césarienne : le sentiment de n’avoir pas été capable d’accoucher

Le sentiment qui peut émerger quand vous accouchez par césarienne, surtout si elle est réalisée en urgence, c’est la frustration de ne pas avoir accouché par voie basse. Voire, dans certains cas, l’impression de ne pas avoir su accoucher. Les paroles des soignants peuvent retentir dans votre esprit et vous vous dites que vous n’avez pas été capable de mettre au monde votre bébé, parce que vous n’avez pas assez poussé ou que votre corps n’a pas joué son rôle. Un échec pour vous, jeune maman.

Accoucher par césarienne : un accouchement volé

Certaines peuvent aussi ressentir un manque et un sentiment d’accouchement volé, ou encore de ne pas avoir accouché. Cette chose si naturelle a été transformée en acte médical : vous avez été dépossédée de votre rôle. Surtout que parfois, notamment si c’est réalisé dans l’urgence, on ne vous explique pas tout. Se retrouvez dans un bloc froid, les bras en croix, il y a de quoi être choquée. Le papa, quant à lui, peut partager ce même sentiment : il est possible au père d’accompagner la maman au bloc, mais ce n’est pas toujours le cas. Cela reste à la discrétion de l’équipe soignante. Et errer dans les couloirs alors qu’il aspire à être à vos côtés n’est pas simple à digérer…

La manière d’accoucher ne fait pas de vous la maman que vous serez

Une maman qui accouche par voie basse n’est pas une meilleure maman. Malgré tous les sentiments que vous pouvez éprouver, dites-vous que vous n’en serez pas pour autant une mauvaise maman. Ce qui est certain, c’est qu’il vous faut du temps pour accepter cet événement mais aussi pour vous en remettre aussi bien physiquement que mentalement. Ainsi, préservez-vous : dormez quand vous pouvez, passez le relai si c’est possible… et faites-vous confiance : vous êtes la meilleure des mamans pour votre bébé !

Parler de votre césarienne pour mieux l’accepter… et vous pardonner !

Vous êtes maman d’un merveilleux bébé : essayez de vous concentrer sur cela ! Vous êtes en bonne santé et votre bébé aussi, c’est ce qui compte. Mais si vous avez du mal à passer au-delà de cet accouchement, n’hésitez pas à en parler : sage-femme, amie ou même psychologue vous aideront à mieux accepter cette césarienne et à la vivre autrement. Avec le temps, ces émotions s’estomperont, promis !

Un manque de préparation à la césarienne

Durant la préparation à l’accouchement, on ne parle malheureusement pas suffisamment de la césarienne, comme si l’accouchement par voie basse était la seule façon d’accoucher. Or selon les dernières études, la césarienne concerne 21 % des accouchements, soit plus d’un accouchement sur cinq. Si les mamans étaient mieux préparées et le personnel médical plus à l’écoute des jeunes mamans césarisées, les choses se passeraient différemment. Heureusement, il y a des césariennes qui se déroulent bien et qui sont bien vécues par les mamans.

Courage les Rose Mums, tout cela sera bientôt derrière vous !

Publié le 25/06/2018 à 16:39 mis à jour le 26/06/2018 à 09:46

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.