C'est si bon d'être parents !

laboiterose

Bébé est en siège : puis-je accoucher par voie basse ?

Vous savez désormais que votre bébé n’a pas la tête en bas. Vous n’avez pas envie de tenter de le retourner en faisant une version et la césarienne nous vous enchante guère. Rassurez-vous : bébé en siège et accouchement par voie basse ne sont pas forcément incompatibles. On vous explique tout.

Bébé est en siège : puis-je accoucher par voie basse ?

Un accouchement par voie basse est bien possible !

 La césarienne n’est pas systématique en présence d’un bébé en siège : il n’y a aucune indication à l’imposer, cet acte présentant des risques materno-fœtaux comme tout acte chirurgical. Plusieurs facteurs doivent être réunis pour qu’un accouchement par voie basse soit possible et surtout en toute sécurité, que ce soit pour vous ou pour votre bébé.

Qu’il soit en siège décomplété ou complet – bien que cela soit plus compliqué – vous pouvez mettre au monde votre bébé par voie basse, mais pour cela, encore faut-il que votre bassin soit assez large et puisse laisser passer votre enfant. Il faut pour cela effectuer une radiopelvimétrie (RPM). Cette technique d’imagerie permet de déterminer la forme mais aussi les dimensions des os de votre bassin. De même, il convient d’évaluer le poids de votre bébé à la naissance, le diamètre de sa tête, car si au moment de l’examen, cela peut « passer », il peut encore profiter des semaines qu’il lui reste bien au chaud.

Enfin, votre bébé ne doit présenter aucune pathologie – macrosomie ou petit poids par exemple – la voie basse pouvant aggraver éventuellement son état, sa tête doit être normalement fléchie, et ses pieds bien positionnés (ils ne doivent pas être procidents). Quoi qu’il en soit, tous les risques seront évalués afin de limiter les risques au moment de l’accouchement.

Un accouchement sous haute surveillance…

Une fois que la radiopelvimétrie a pu confirmer que votre accouchement par voie basse est envisageable, tout n’est cependant pas gagné. Même si les risques sont réduits, il n’est pas impossible que des imprévus surviennent au moment de l’accouchement. C’est pour cela que la dilatation de votre col sera scrupuleusement observée : si le travail ne progresse pas efficacement, la césarienne sera choisie afin d’éviter toute souffrance fœtale après parfois t la pose d’une perfusion d’ocytocine pour accélérer son évolution. Votre bébé sera également sous haute surveillance : au moindre ralentissement cardiaque, l’équipe médicale pourra prendre la décision de faire une césarienne.

Peut-être un accouchement un peu plus « sportif »

Un enfant qui a la tête en bas va progressivement descendre : il ne connaîtra pas de résistance, dans un accouchement normal, pour naître. En siège, la position n’est donc pas vraiment la plus idéale pour que bébé naisse. Ainsi, la plupart du temps, un effort supplémentaire est demandé à la maman pour pousser efficacement… et au bon moment : vous devez être à l’écoute de ce que vous dira l’équipe médicale le jour J, afin de travailler ensemble.

La péridurale, conseillée mais pas obligatoire

Il n’y a aucune contre-indication à la péridurale pour un accouchement en siège. Elle vous permettra peut-être d’avoir moins peur et d’appréhender cette naissance avec plus de calme. Cela permettra également au médecin accoucheur d’effectuer des manœuvres si cela est nécessaire sans que vous souffriez. Néanmoins, elle peut diminuer les contractions et être un frein pour que vous poussiez efficacement. N’hésitez pas à en parler pour prendre votre décision.

Un accouchement par voie basse nécessite donc une petite préparation psychologique mais aussi avec votre sage-femme ou votre gynécologue. Sachez que de nombreux bébés naissent ainsi chaque année, et parfois même lors d’accouchements physiologiques. Encore une fois, chaque accouchement est unique !

Publié le 19/04/2018 à 14:21

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus