C'est si bon d'être parents !

la boîte rose

La MAP, ou menace d’accouchement prématuré : c’est quoi ?

La grossesse n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Au-delà des petits maux désagréables, mais sans conséquence, parfois la vie de votre bébé peut être menacée par une naissance prématurée. On vous dit tout sur la menace d’accouchement prématuré, ses conséquences et les solutions possibles pour la traiter. 

La MAP, ou menace d’accouchement prématuré : c’est quoi ?

Qu’est-ce qu’une menace d’accouchement prématuré ?

On peut parler de MAP quand :
- des contractions douloureuses apparaissent de façon régulière et fréquente entre 22 et 37 semaines d’aménorrhées, c’est-à-dire avant le terme
- il y a une modification du col de l’utérus
- on observe un écoulement de liquide amniotique lié à une fissure de la poche des eaux
- des saignements
- une diminution des mouvements de votre bébé
La sévérité de la MAP est évaluée en fonction du terme de la grossesse : plus les contractions apparaissent tôt, plus la MAP est sévère et les risques de prématurité élevés :
- très grande prématurité avant 28 SA.
- grande prématurité avant 32 SA ;
- prématurité avant 37 SA ;

Pourquoi une menace d'accouchement prématuré peut survenir ?

Plusieurs causes peuvent entraîner une menace d’accouchement prématuré :
- de la fièvre ;
- un surmenage ;
- une malformation de l’utérus ;
- une tension artérielle élevée ;
- du diabète ;
- une anémie sévère ;
- une vaginose bactérienne ;
- une infection urinaire…
Et la liste n’est pas exhaustive. Difficile parfois de connaître la cause réelle d’une MAP.

Je suis en MAP : comment va se passer le reste de ma grossesse ?

Vous allez passer quelques examens pour évaluer la gravité de la MAP et son origine : un touché vaginal, un test urinaire, un monitoring ou encore une échographie. Vous allez être suivie de très près pour surveiller tout signe d’un accouchement imminent, plusieurs fois par semaine. Une hospitalisation immédiate peut être envisagée si la MAP est sévère. Dans les cas moins graves, on vous demandera d’arrêter de travailler et peut-être d’être alitée.
Y a-t-il un traitement en cas de MAP ?
Il existe des traitements afin de réduire les risques de naissance prématurée. Dans un premier temps, l’équipe médicale qui vous suit va vous administrer un tocolytique, un médicament qui vise à réduire les contractions utérines. On vous demandera aussi d’être en repos absolu pour éviter au maximum les contractions.

Ensuite, des corticoïdes pourront vous être donnés pour accélérer la maturation pulmonaire de votre bébé afin de réduire les risques de complications en cas de naissance prématurée.
Un accouchement… pas toujours prématuré !
En observant les consignes délivrées par votre gynécologue, en plus du traitement mis en place, il est tout à fait possible d’accoucher quand même à terme. Cela arrive. Bien sûr, se préparer à une naissance prématurée est néanmoins nécessaire…

La MAP : quelle incidence sur les autres grossesses ?

Si vous avez eu une première grossesse avec une menace d’accouchement prématuré, il est possible qu’une MAP survienne à nouveau. Si l’origine est connue, il est cependant possible de prévenir la MAP. Restez donc confiante !

À lire aussi : 

J'ai des contractions et je ne suis pas à terme
Les signes de l'accouchement
Grossesse alitée : 10 moyens de s’occuper

Publié le 25/02/2019 à 15:49

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.