C'est si bon d'être parents !

L'hémorragie du post-partum

Perdre du sang après l’accouchement est tout à fait normal. Mais quand cela ne s’arrête plus et que le flux augmente, c’est l’hémorragie du post-partum. Une complication de l’accouchement qui inquiète les futures mamans mais qui reste heureusement peu fréquente. 

L'hémorragie du post-partum

Qu’appelle-t-on une hémorragie du post-partum ?

L’hémorragie du post-partum (HPP) est une perte de sang de 500 ml ou plus juste après l’accouchement, dans les 24 heures qui le suivent. Elle peut survenir lors d’un accouchement par voie basse mais aussi par césarienne.

Quelles sont les causes de l’hémorragie du post-partum ?

Il est impossible malheureusement de prévoir une hémorragie et les causes peuvent être diverses.

- L’hémorragie du post-partum peut être due à une atonie de l’utérus : l’utérus ne se contracte pas, ce qu’il devrait normalement faire après l’accouchement, et ne parvient pas alors à stopper les saignements qui surviennent après suite au décollement du placenta. La grossesse gémellaire, un travail long peuvent jouer sur la tonicité de l’utérus.
- L’hémorragie dites de la délivrance : qui n’est que partiellement ou pas sorti au moment de la délivrance. L’obstétricien peut alors procéder à une révision utérine (sous anesthésie) pour aller manuellement décoller le placenta.
L’hémorragie peut également survenir suite à une déchirure importante (vagin, utérus). Enfin, les femmes ayant de l’hypertension ou des problèmes de coagulation du sang sont particulièrement exposées au risque d’hémorragie donc extrêmement surveillées.
À noter que l’utilisation d’ocytocine pour déclencher l’accouchement ou accélérer le travail augmenterait les risques de HPP.

Comment prévenir la survenue d’une hémorragie post-partum ?

Une surveillance de la tonicité de l’utérus est primordiale : en vérifiant qu’il se contracte bien, par palpation, cela permet de repérer un éventuel problème précocement et donc une prise en charge rapide. Juste après la naissance, vous êtes ainsi sous surveillance rapprochée durant deux heures moment où la survenue d’une hémorragie est la plus fréquente. La surveillance est par la suite moins rapprochée mais prolongée durant 24 heures. L’administration d’utérotoniques, un produit induisant la contraction de l’utérus, de façon préventive permet aussi de limiter la survenue d’une hémorragie post-partum.

Comment est stoppée une hémorragie du post-partum ?

L’obstétricien peut pratiquer une révision utérine pour aider au décollement du placenta partiel ou total. Des médicaments favorisant la contraction de l’utérus sont généralement injectés. Si cela ne suffit pas, les artères irriguant l’utérus peuvent être momentanément bouchées. Enfin, dans de rares cas, lorsque les autres pratiques n’ont pas fonctionné, l’utérus doit être retiré : une hystérectomie est alors pratiquée. Si la maman a perdu beaucoup de sang, elle peut alors être transfusée.

Heureusement, même si elle est la principale cause de décès maternel, l’hémorragie du post-partum ne concerne que 2 % des accouchements. Et grâce au travail des équipes médicales, elle est de moins en moins fréquente et généralement très bien prise en charge.

 

Publié le 15/11/2017 à 10:56

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.