C'est si bon d'être parents !

Quelles sont les pratiques médicales courantes durant un accouchement

Si les femmes accouchent depuis la nuit des temps et que c’est un phénomène physiologique naturel, la médecine est parfois indispensable pour donner un coup de pouce et vous aider à mettre au monde votre bébé. Petite présentation de ces techniques médicales courantes qui vous viennent en aide pour donner naissance à votre enfant. 

Les pratiques médicales de l'accouchement

Les pratiques médicales avant l’accouchement

Avant même d’accoucher, la médecine peut vous donner un petit coup de pouce pour que le travail avance ou en prévision de l’expulsion de bébé :

- la perfusion : dès que vous arrivez à la maternité ou presque, on vous pose une perfusion afin de vous administrer de l’eau glucosée, ou de l’ocytocine de synthèse, pour faire avancer le travail si nécessaire ;

- la péridurale : si vous en faites le choix, est pratiquée par l’anesthésiste. Cette anesthésie endort le bas du corps et permet de ne pas ressentir les douleurs des contractions et de l’expulsion et d’aborder l’accouchement plus sereinement. Elle est possible quand le travail est commencé et que le col commence à se dilater.

L’épisiotomie, une technique pour faciliter la naissance de bébé

Si l’épisiotomie n’est pas systématique, elle reste largement pratiquée, notamment dans le cadre des accouchements sous péridurale. En sectionnant le périnée, l’épisiotomie permet d’agrandir le passage et de pouvoir faire sortir bébé plus facilement. Elle est également généralement pratiquée quand l’utilisation de spatules ou de forceps est nécessaire. Mais rassurez-vous : elle n’est pas douloureuse puisqu’elle est réalisée au moment où le périnée est étiré au maximum et que l’entrée du vagin est insensible.

Quand l’accouchement se complique : les instruments pour aider à la naissance

Parfois, même si vous poussez comme une championne, bébé peut avoir du mal à sortir. Détresse fœtale, cordon autour du cou, bébé trop fatigué ou trop petit, ces techniques pratiquées par un gynécologue-obstétricien sauvent parfois des vies et sont employées en cas de besoin :

- la ventouse : fixée sur la tête de bébé, elle est reliée à une pompe qui permet de faire un vide d’air afin qu’elle adhère à la tête. Elle permet ainsi d’exercer une traction douce pour tirer bébé et le faire naître (le crâne peut être alors en ogive et conserver une marque de la ventouse quelques jours) ;
- les forceps : ces sortes de cuillères creusées au centre sont également des instruments de traction. En venant se mettre de part et d’autre de la tête de bébé, elles aident à l’extirper quand bébé est placé trop haut pour qu’une ventouse soit utilisée par exemple ;

- les spatules : ces grosses cuillères, elles, permettent de mieux positionner la tête de bébé pour en faciliter le passage et aider à guider bébé quand vous poussez ;

Ces instruments sont utilisés avec l’anesthésie de la péridurale pour que vous ne ressentiez pas de douleur.

La césarienne : l’intervention chirurgicale pour faire naître bébé

Quand il y a une urgence vitale pour vous ou pour bébé, ou encore que les techniques médicales précédentes n’ont rien donné, la césarienne s’avère indispensable. Il s’agit d’ouvrir votre bas-ventre, de couper la paroi abdominale et de sectionner les muscles abdominaux puis l’utérus pour extraire votre bébé. Elle peut également être programmée en avance, si votre bébé n’est pas positionné tête en bas ou qu’il ne passe pas dans votre bassin.

Même si elles sont redoutées, notamment l’utilisation des instruments, les pratiques médicales sont utilisées uniquement en cas de nécessité et font partie des progrès de la médecine qui ont permis de sauver des mamans, mais aussi des bébés.

Pour en savoir plus

L’épisiotomie : un mal nécessaire ?
Tout savoir sur la péridurale
Tout savoir sur la césarienne

Publié le 20/05/2015 à 11:44 mis à jour le 12/10/2018 à 11:44
Conseil des experts
Sophie Guillaume, Sage-Femme Cadre Supérieure

La grossesse est une étape extraordinaire dans la vie d’une femme et de son compagnon. Il s’agit d’un phénomène physiologique qui s’accompagne de transformations, physiques, biologiques, psychologiques, et qui nécessite d’être suivi tant sur le plan médical qu’émotionnel. Si vous êtes en bonne santé, votre sage femme pourra effectuer les examens nécessaires au suivi de cette grossesse, vous conseillera, sera à votre écoute et vous préparera à l’accouchement.

Articles les + populaires

1 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

Anne Therese le 2017-05-09 23:31:02

Je suis désolée mais cet article est vraiment plein d'inexactitudes. Dont 2 assez énormes : 1-La césarienne, ça ne fait pas mal 2 ou 3 jours... Non mais, la personne qui a écrit ça devrait se renseigner, vraiment... Une entaille longue de 20 cm, ça devrait faire mal moins longtemps qu'une piqûre d'aiguille sur le bout du doigt ???? Ensuite, 2- Les forceps, ce n'est pas fait pour que le médecin, gynécologue en l'occurence, tire le bébé vers l'extérieur : il s'en sert pour le guider...et c'est maman qui pousse pour faire sortir bébé... Et oui, j'ai eu le "bonheur" de connaître ces deux sortes d'accouchement...