C'est si bon d'être parents !

Grossesse extra-utérine : les symptômes et le traitement

Chaque année, environ 2 % des grossesses sont des GEU, autrement dit des grossesses extra-utérines. Cette grossesse se caractérise par une implantation de l’œuf au mauvais endroit, ce qui rend l’évolution de la grossesse impossible. Au-delà de la perte de l’embryon, il s’agit d’une urgence gynécologique. Faisons ensemble le point sur les symptômes et le traitement de la grossesse extra-utérine.

grossesse extra-utérine symptômes traitement causes extra utérine

La grossesse exta-utérine, une grossesse vouée à s’interrompre

Facilement reconnaissable à ses symptômes, comme des pertes de sang et une douleur d’un seul côté dans le bas-ventre, la grossesse extra-utérine ne peut pas évoluer favorablement. L’œuf peut se loger dans la trompe de Fallope, et plus rarement au niveau du col de l’utérus, de l’ovaire, ou encore dans la paroi abdominale. Bien que le fœtus se développe normalement les premières semaines, inexorablement, l’espace va venir à manquer pour qu’il puisse continuer à grandir : il n’est plus viable.

La grossesse extra-utérine est souvent détectée lors d’une première échographie, mais ce n’est pas toujours facile à repérer quand la grossesse est peu avancée. Ce qui doit laisser penser que la grossesse est anormale, c’est surtout lorsque le taux HCG, l’hormone de grossesse, n’a pas évolué entre deux prises de sang et reste inchangé.


La grossesse extra-utérine, une urgence gynécologique

Une GEU représente une urgence. Il est donc primordial de la diagnostiquer le plus tôt possible, car :
- elle peut mettre en jeu le pronostic vital de la future maman : elle reste encore une des premières causes de mortalité maternelle en début de grossesse ;
- elle peut entraîner la rupture de la trompe, ou de la partie où elle est implantée, et provoquer une hémorragie interne.

Prise assez tôt, un traitement peut être mis en œuvre pour sauver la trompe concernée et ainsi garder toutes les chances de votre côté pour tomber enceinte par la suite. Si dans 20 % des GEU, l’œuf finit par s’éliminer naturellement, une intervention doit généralement avoir lieu :
- soit pour interrompre la grossesse en stoppant le développement de l’embryon en effectuant une injection ;
- soit en retirant l’embryon par chirurgie, à l’aide d’une coelioscopie. En fonction de l’état de la trompe, si c’est là que l’œuf est logé – ce qui est le cas dans 95 % des GEU –, le chirurgien décidera s’il est possible ou pas de conserver l’organe.


La GEU, des causes organiques

Lorsque l’ovule est fécondé, il va ensuite migrer dans l’utérus avant de s’y implanter. Là, l’œuf n’a pas pu descendre : cela veut souvent dire que la trompe est altérée. Différents facteurs peuvent être en cause :
- des infections (salpingites, endométriose…) ;
- des antécédents d’opération des trompes ou de la zone abdomino-pelvienne ;
- l’âge avancé de la future maman ;
- un dispositif intra-utérin (stérilet) ;
- la FIV

Même si la survenue de cette GEU est difficile à accepter, vous n’avez donc pas à culpabiliser : vous n’avez rien fait qui explique la survenue de cette grossesse anormale.


Quelles sont les conséquences d'une grossesse extra-utérine ?

Dans le cadre d’une GEU, les organes peuvent être endommagés, réduisant parfois la fertilité : elle s’élèverait ainsi à 50 % par la suite. Aussi, Il existe des risques de récidives qui sont de 20 % environ. Néanmoins, si au moins une des trompes a pu être conservée, l’espoir est permis d’avoir une grossesse normale.

Restez confiante !


À lire aussi
Enceinte, je perds du sang : que faire ?
J’ai des douleurs dans le bas-ventre : faut-il s’inquiéter ?
Maux de grossesse : quand faut-il consulter ?

 

Publié le 10/10/2019 à 10:01

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.