ACTEUR ENGAGÉ
DÈS LE DÉBUT DE LA VIE

Grossesse : qu’est-ce que le tri-test ?

Durant la grossesse, vous effectuerez de nombreux tests et prises de sang. Parmi eux, il y a le tri-test, ou triple-test pour dépister les risques de trisomie 21. Quel est ce test, comment fonctionne-t-il ? Voici tout ce que vous devez savoir.

Grossesse : qu’est-ce que le tri-test ?

En quoi consiste le triple-test ? 

Pour effectuer un tri-test, il suffit de faire une prise de sang au 1er ou 2e trimestre de grossesse, entre la 11ème et la 14ème semaine d’aménorrhée. Un dosage des marqueurs sériques – trois hormones : l’alpha-fœto-protéine, le bêta-HCG et l’œstriol non conjugué – est ensuite effectué. En prenant en compte votre âge ainsi que la clarté nucale, mesure réalisée lors de l’échographie du premier trimestre, un risque de trisomie 21 est calculé. En dessous de 1/250, vous êtes considérée à risque élevé : vous avez, a priori, une chance sur 250 d’avoir un enfant porteur d’une trisomie 21.

Ce test est-il obligatoire ?

Pas du tout. Ce test est proposé à toutes les femmes enceintes mais n’a aucun caractère obligatoire. Après avoir été informée par votre sage-femme ou gynécologue sur ce test, vous avez tout à fait le droit de refuser de le faire.

Le tri-test est-il fiable ?

Oui… et non ! Il permet de donner une idée sur la probabilité que votre enfant soit porteur d’une trisomie 21 en considérant les facteurs à risque comme votre âge. Néanmoins, les résultats ne sont pas exacts : il s’agit de dépister et d’indiquer une probabilité de risques de trisomie 21 et non de poser un diagnostic avec ce test. Il n’est donc pas impossible que vous ayez un risque élevé et que finalement votre bébé n’ait pas de trisomie 21.

Une technique de dépistage à compléter par d’autres examens

Si les résultats du tri-test indiquent que le risque est élevé, les résultats sont rapprochés de l’échographie réalisée au premier trimestre et durant laquelle la clarté nucale est calculée et d’autres mesures effectuées (longueur crânio-caudale notamment). Une clarté nucale au-dessus de la norme et un résultat de tri-test mauvais doivent vous orienter vers un examen complémentaire, que ce soit un DPNI, un dépistage prénatal non invasif, ou une amniocentèse ou choriocentèse. Seules l’amniocentèse, qui consiste à prélever du liquide amniotique, la choriocentèse, c’est-à-dire une biopsie du trophoblaste, le futur placenta, ou encore la cordocentèse, prélèvement du sang du cordon ombilical, permettent de déterminer avec certitude si votre enfant est porteur d’une trisomie.

Quels que soient les résultats du tri-test, n’hésitez pas à en parler avec votre sage-femme ou votre gynécologue obstétricien. Le DPNI (Dépistage Prénatal Non Invasif) est aujourd'hui remboursé par l'Assurance Maladie.


A lire aussi : 
SA ou SG : quelles différences ? 
fd

Publié le , mis à jour le 15/11/2019 à 17:05

Articles les + populaires

2 commentaires

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

carmen le 2021-10-13 00:50:32

joli article, elisabeth oh je comprends tes souffrances pour être passée moi-aussi par l'infertilité, écoutes c'est impossible de faire une GPA en Espagne, par contre la Belgique la tolère mais ne l'accepte pas, je t'encourage pour A. Feskov group dont tu parlais car ils ont un bureau à Bruxelles et le font légalement https://mere-porteuse-centre.fr/, tu peux aussi voir avec le canada bien que coûteux et complexe

elisabeth le 2021-10-03 23:11:12

subir des examens de grossesse un vrai bonheur, avoir un bébé est une bénédiction, je suis en PMA depuis des années, plusieurs FIV inabouties et un don d'ovocytes au Cecos sans suite! la récente loi bioéthique n'a hélas pas fait évoluer les choses par rapport à la GPA qui semble être notre ultime secours, besoin de vos conseils pour une GPA légale en Espagne avec Eugin ou Girex, ou en Ukraine avec A. Feskov group ou même le Canada, merci pour votre aide car nous déprimons!