C'est si bon d'être parents !

laboiterose

Allaiter mon bébé : mode d'emploi

Allaiter son bébé est un geste naturel… dont vous ignorez à peu près tout ! Si en théorie il suffit de donner le sein, en pratique cela vous paraît nettement plus flou. Tétées, difficultés, reprise du travail ou encore absence, on vous dit comment allaiter bébé !

allaitement maternel

Le nombre et la durée des tétées

La règle primordiale, quand vous allaitez, c’est de ne pas compter le nombre de tétées ni d’en limiter la durée : vous pouvez mettre votre montre à la poubelle, ou du moins la mettre de côté pour un moment. L’allaitement à la demande, c’est ce qui est le mieux pour votre bébé. Il n’y a pas de temps entre deux tétées à respecter, particulièrement au début : le lait maternel se digère très vite et l’estomac de votre bébé à la naissance n’est pas plus gros qu’une noisette. Il a donc besoin de se nourrir peu, mais souvent. Au fur et à mesure qu’il grandira, il boira davantage de lait et mangera un peu moins souvent que les premiers jours, rassurez-vous.

Quelles sont les positions pour allaiter ?

La position d’allaitement est quelque chose de très personnel, qui appartient à la fois à la maman, mais aussi au bébé : c’est ce duo qui va s’accorder au fur et à mesure de la mise en place de l’allaitement. Néanmoins, il existe plusieurs positions d’allaitement que vous pouvez tester, comme :
- la madone, position la plus classique, avec la tête de bébé soutenue, au creux de votre bras, une main sous ses fesses ;
- le ballon de rugby, pour éviter d’appuyer sur la cicatrice si vous avez eu une césarienne ;
- allongée, la nuit, contre vous, afin de donner le sein, à peine éveillée ;
- la position du transat, idéale si vous avez un souci de réflexe d’éjection fort.
Vous verrez de vous-même quelle position adopter, notamment quand vous êtes à l’extérieur. Sentez-vous libre d’allaiter bébé dès qu’il a faim : c’est l’avantage de donner le sein. Si cela vous gêne de montrer votre sein, il existe quelques subterfuges pour allaiter discrètement, comme des vêtements ou un soutien-gorge d’allaitement, ou encore un lange.

Comment savoir les quantités de lait prises par bébé ?

Contrairement à un biberon, quand bébé est nourri au sein, vous n’avez aucun repère en termes de quantité de lait bu. Cela peut être source d’angoisse pour la jeune maman que vous êtes, surtout si c’est un premier bébé ou allaitement. Pas de panique : s’il tète 6 à 8 fois par jour, qu’il mouille ses couches et qu’il ne perd pas de poids, c’est que votre bébé mange suffisamment.

Les pics de croissance c'est quoi ?

À certains moments, selon la durée de votre allaitement, vous remarquerez que le nombre de tétées, mais aussi souvent leur durée, va considérablement augmenter. Vous aurez l’impression que votre bébé mignon passe le plus clair de son temps pendu à votre sein : c’est un pic de croissance ! Ils ont lieu à 3 semaines, 6, 12, 24, 48 semaines, voire au-delà, de vie de votre bébé. Mais ils peuvent être plus ou moins marqués selon les périodes ou les bébés. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ils passent généralement en 24 heures : tenez bon, c’est juste transitoire.

Peut-on manquer de lait quand on allaite ?

Crainte principale pour beaucoup de jeunes mamans allaitantes, le manque de lait peut survenir, mais est rarement irréversible. Les causes peuvent être diverses : fatigue, surmenage, les origines physiologique ou psychique restent peu fréquentes. Quoi qu’il en soit, pour relancer votre lactation, il n’y a pas 36 solutions : mettez bébé au sein ! C’est la demande qui crée l’offre, ne l’oubliez pas.

Les difficultés à allaiter

Mais parfois, malgré toute votre bonne volonté, et celle de bébé, allaiter peut se révéler plus difficile. Sans parler des maux qui peuvent entacher l’allaitement, il y a ses accrocs qui rendent les débuts difficiles par exemple. Dans le cas d’une césarienne, la montée de lait peut se produire plus tardivement que lors d’un accouchement par voie basse et peut vous décourager : il n’en est rien ! La montée de lait devrait normalement se faire. Mais c’est surtout si votre bébé est né prématuré que les choses se compliquent : trop petit et trop faible pour téter, il faut alors tirer son lait jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour le boire seul.

Même si bébé est né à terme et par voie basse, là encore, il est possible de rencontrer quelques problèmes : si bébé a un torticolis, un frein de langue trop court ou si votre lait arrive trop vite, les tétées peuvent se révéler compliquées et votre bébé peut se mettre à stagner côté poids, voire à en perdre, ou encore souffrir de coliques. Quand les tétées se déroulent mal, il y a forcément une origine extérieure à rechercher avant de culpabiliser et de vous dire que c’est de votre faute.

Allaiter et travailler : comment faire ?

Un des autres freins à la poursuite de l’allaitement au-delà des 3 mois de bébé peut être le travail. Il est tout à fait possible de continuer d’allaiter en retournant travailler. Il faut pour cela s’organiser : louer un tire-lait, s’équiper d’une glacière pour conserver le lait tiré, ou encore demander à votre employeur un espace pour allaiter. C’est un droit : vous avez droit à deux fois 30 minutes par jour pour tirer votre lait, temps cependant non rémunéré. Mais bien que cela soit un droit, parfois travailler et allaiter peut se révéler tout à fait compliqué.

Allaiter votre bébé : quand vous vous absentez

Allaiter son enfant nécessite une proximité importante pour que la mise en route se fasse convenablement pour vous comme pour votre petit loulou. Mais une fois que ça roule, vous pouvez tout à fait vous absenter, le temps d’une soirée, ou quelques jours, par exemple pour raison professionnelle. Il suffit de prévoir un stock de lait suffisant avant votre départ, et de tirer votre lait pour entretenir votre lactation dans le cas où vous passez plusieurs jours loin de bébé.

Que boire et manger quand vous allaitez bébé ?

Enfin, durant votre allaitement, ce que vous absorbez passe dans le lait. Il y a donc quelques précautions à prendre. Aucun aliment n’est interdit durant l’allaitement. En revanche, vous devez prendre soin de votre alimentation pour couvrir vos besoins. Ceux d’une mère allaitante sont d’ailleurs plus importants que ceux d’une jeune maman, mais comme durant la grossesse, ce n’est pas une raison pour manger deux fois plus. Côté boisson en revanche, si vous devez limiter le café et le thé, l’alcool, lui, est interdit.

Les substances et l’allaitement : les précautions à prendre

Le tabac passe lui aussi dans le lait et peut créer des baisses de lactation : et si vous envisagiez un sevrage ? Si vraiment vous ne pouvez pas vous passez de cigarette, veillez à la fumer loin de bébé, après la tétée, et à vous laver les mains avant de reprendre bébé dans vos bras. Quant aux médicaments, pas de panique : il y a peu de traitements incompatibles avec la poursuite d’un allaitement. En cas de doute, consulter le site du CRAT, le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes.

Un allaitement c’est une belle aventure, qui peut connaître ses petits accrocs, mais il faut que cela reste un plaisir. Et puis pensez à cela : il se fait à deux, entre vous et bébé, voire avec le papa, qui peut venir en aide. Bel allaitement à vous et votre petit bout !

Publié le 12/05/2015 à 16:29 mis à jour le 15/04/2019 à 16:43
Conseil des experts
Sophie Guillaume, Sage-Femme Cadre Supérieure

Votre préparation à la naissance est terminée, votre valise prête pour vous et votre (vos)nouveaux nés, grâce à la liste fournie par la maternité. Vous vous sentez prête pour la rencontre avec votre/Vos enfant(s). Les signes précurseurs de la mise en travail vous sont rappelés par votre sage-femme lors de la dernière consultation pour savoir quand venir à la maternité. En cas de naissance programmée pour raison médicale, vous avez RDV pour une hospitalisation la veille ou le matin même.

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.