C'est si bon d'être parents !

laboiterose

Peut-on boire de l'alcool pendant l'allaitement ?

Durant la grossesse, la règle est zéro alcool. Mais quand vous allaitez, les règles sont plus floues : certains disent que vous pouvez prendre un verre après une tétée et d’autres au contraire prônent l’abstinence totale. Mais qui dit vrai ? 

Peut-on boire de l'alcool pendant l'allaitement ?

L’alcool passe dans le lait maternel

S’il n’en modifie pas la composition, le taux d’alcool présent dans votre lait est proche de celui dans votre sang. Même si vous prenez un verre juste après que votre bébé ait tété, le taux d’alcoolémie est difficile à évaluer dans les heures qui suivent : il va dépendre de nombreux facteurs comme votre poids, la quantité que vous avez bue, si vous avez mangé ou non… Même si vous avez un ordre d’idée de quand aura lieu la prochaine tétée, vous n’êtes pas à l’abri d’en avoir une, imprévue, peu de temps après avoir bu de l’alcool. C’est un peu un coup de poker ! 

Quelque-soit votre décision : si vous avez bu un verre, attendez au moins 3h avant de donner le sein à votre bébé.

L’alcool peut faire baisser votre lactation

Dans les heures qui suivent la prise d’alcool, votre production de lait peut se réduire, sans même que vous vous en rendiez compte. Si bébé peut se rattraper par la suite en tétant davantage

L’alcool ralentit votre éjection du lait maternel

En consommant de l’alcool, à partir d’une certaine quantité, le lait arrive également moins vite dans la bouche de bébé, le réflexe d’éjection du lait étant ralentit. Téter demande alors un effort plus grand à votre bébé. Le lait s'écoulant donc plus difficilement, vous risquez l'engorgement... 

Les effets néfastes de l'alcool sur votre bébé

S’ils sont difficiles à évaluer pour une petite quantité d’alcool, mais restent quasi inexistants par exemple pour 1g/kg d’alcool, les effets sur plusieurs verres en revanche, bien que peu étudiés encore une fois, sont bien réels. La Leche League rapporte ainsi le cas d’une mère qui aurait bu 750 ml d’apéritif en 24h et qui aurait entraîné un état d’ébriété chez son bébé. Eh oui, votre petit bout n’a pas du tout la même capacité de métabolisation de l’alcool qu’un adulte et c’est d’autant plus vrai qu’il est tout-petit. Bien sûr, une consommation régulière voire quotidienne a de sérieux effets sur la santé de bébé : des retards de développement, troubles comportementaux, problèmes de sommeil...

Alors, zéro alcool durant l’allaitement ?

Compte tenu du manque d’études sur l’effet de l’absorption d’alcool par la mère allaitante, ses effets sur le bébé, et des différences de métabolisation d’une personne à l’autre en fonction des conditions (après le repas ou pas, etc.), mieux vaut donc privilégier le principe de précaution et s’abstenir de boire de l’alcool durant la période d’allaitement, du moins les premiers mois, quand bébé n’est pas encore diversifié. Si vraiment vous avez envie de boire un petit verre et que votre bébé est nourrisson, la meilleure solution reste de tirer votre lait avant et de donner ensuite votre lait tiré au biberon  à votre bébé.

Patience, quand votre allaitement sera terminé, vous pourrez reprendre une vie plus festive. Mais à l’échelle d’une vie, ce temps passé à allaiter votre tout-petit vaut bien d’attendre un peu non ?

 Retrouvez plus d'informations et d'aide sur le site Alcool info service.

 

Publié le 02/05/2018 à 14:33 mis à jour le 28/05/2018 à 18:16

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.