C'est si bon d'être parents !

Fausses couches à répétition : pourquoi ?

Environ 25 % des femmes vont faire une fausse couche au cours de leur vie : chaque année, en France, 200 000 grossesses n’arrivent pas à terme et se soldent par une fausse couche. Une épreuve pas toujours facile à vivre qui laisse souvent place à une grossesse tout ce qu’il y a de plus normal puis la naissance d’un bébé en parfaite santé. Mais pour une petite partie, 1 à 2 % des femmes, les fausses couches vont se répéter, deux, trois fois, et parfois plus. Pourquoi ? On fait le point sur les raisons à ces fausses couches successives. 

Fausses couches à répétition : pourquoi ?

Qu’appelle-t-on des fausses couches à répétition ?

Les médecins parlent de fausses couches à répétition, ou d’avortements spontanés précoces et répétés (AVSR), à partir de 3 fausses couches consécutives qui surviennent avant 12 semaines d’aménorrhées et sans naissance d'un enfant entre. Une grossesse menée à son terme entre deux fausses couches remet, en quelque sorte, les compteurs à zéro.   

Quelles sont les causes des fausses couches à répétition ?

Tout comme une première fausse couche, il existe des facteurs de risque aux fausses couches répétées :  
- des causes génétiques : des anomalies chromosomiques ;
- des anomalies hormonales : insuffisance ovarienne ;  
- une malformation de l’utérus qui rend difficile l’implantation de l’embryon ;
- des ovaires polykystiques ;
- des maladies métaboliques chez la maman (diabète, maladie auto-immune) ;
- des problèmes de thyroïdes ;
- les infections ;
- le tabagisme ;
- l’alcool ;
- les polluants environnementaux, qui font baisser la qualité du sperme chez le père ;
- l’âge : en avançant en âge, les risques de fausse couche augmentent, notamment après 40 ans. À cet âge, ils sont de près de 40 % en raison notamment de l’accroissement des anomalies chromosomiques chez l’embryon ;
- le recours à une fécondation in vitro (FIV) ;
- l’obésité ;
- les fausses couches elles-mêmes : au-delà de deux fausses couches, plus on fait de fausses couches plus les risques d’en refaire existent.  
Néanmoins, dans la moitié des cas, les fausses couches restent inexpliquées, même si elles se répètent.

Qu’est-il possible de faire en cas de fausses couches à répétition ?

Un bilan médical complet peut être effectué à partir de 3 fausses couches afin d’en rechercher la cause. Si vous avez fait deux fausses couches, les examens ne seront pas prescrits, car il arrive fréquemment que la troisième grossesse soit menée à terme. Voici ce que pourra vous prescrire votre gynécologue :  
- un bilan sanguin hormonal (réserve ovarienne, thyroïde) ;
- un bilan des chromosomes des parents (caryotypes parentaux) ;
- une échographie pelvienne et hystéroscopie (pour déceler les anomalies) ;
- un bilan infectieux notamment avec des prélèvements vaginaux (pour les germes et infections) ;
- un spermogramme ;
- une biopsie de l’endomètre dans certains cas.

Quel traitement est possible pour éviter les fausses couches ? 

Progestérone, aspirine, anticoagulant, il existe des traitements qui n’ont pas prouvé leur efficacité de manière générale, mais qui peuvent être pertinents dans le cadre de certaines maladies. Un supplément vitaminique est également régulièrement prescrit. En fonction des résultats du bilan médical, un traitement adapté pourra être envisagé. Si votre bilan est normal, il n’y a malheureusement pas grand-chose à faire.  
 
Cependant, même si les causes psychologiques ne sont pas démontrées, lorsqu’il n’y a pas de causes physiologiques, cela peut être intéressant de faire le point sur sa propre histoire : vous pouvez être hantée par le souvenir d’une fausse couche de votre mère ou de votre grand-mère, qui peut venir peser sur votre propre histoire tout à fait inconsciemment. Il s’agit peut-être d’une piste à explorer !

Vais-je réussir à tomber enceinte malgré les fausses couches ? 

Même si la réponse n’est pas certaine, gardez espoir : ces fausses couches, surtout si elles sont inexpliquées, sont sans doute un hasard, certes malheureux. C’est le cas d’une fausse couche sur deux. Aussi, mettez toutes les chances de votre côté pour tomber enceinte rapidement en ne remettant pas à plus tard votre prochaine grossesse : bien qu’auparavant on recommandait aux femmes d’attendre au moins 3 mois après leur fausse couche, aujourd’hui il semblerait qu’il n’y a aucune justification médicale. Il faut seulement que vous vous sentiez prête psychologiquement, mais aussi physiquement : votre corps a tout de même subi des débuts de grossesse, ce qui peut fatiguer. Écoutez-vous ! 

Prendre soin de votre couple suite à une fausse couche

Il y a votre douleur, en tant que femme, mais il y a aussi celle de votre conjoint, mais aussi du couple : quand les fausses couches s’enchaînent, les liens peuvent se distendre, surtout quand la cause n’est pas connue. Avoir un enfant peut virer à l’obsession et vous pouvez en oublier de prendre soin de l’autre. Restez attentifs aux besoins de l’autre et soyez soudés face à ces épreuves que vous envoie la vie. 

Se faire accompagner pour passer ces fausses couches à répétition

Une fausse couche, c’est déjà le deuil d’une grossesse à faire. Quand les fausses couches se répètent, vous pouvez être traversée par un sentiment d’échec, voire même de culpabilité : que se passe-t-il dans votre corps, que faites-vous pour que l’histoire se répète encore ? Pour passer ce cap, n’hésitez pas à parler de votre ressenti à votre gynécologue ou votre sage-femme et, le cas échéant, si vous voyez qu’une prochaine grossesse vous angoisse, consulter un psychologue. Vous trouverez également du soutien sur les réseaux sociaux : il existe plusieurs groupes sur les fausses couches où vous pourrez échanger votre vécu avec d’autres femmes. Cela vous aidera à vous sentir comprise et moins seule dans cette lutte pour avoir un bébé.  
 
Gardez espoir !  

À lire aussi

Enceinte après 40 ans : quelles conséquences sur votre santé ?
Les risques de fausses couches

Publié le 11/09/2019 à 10:49 mis à jour le 12/09/2019 à 10:53

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.