Inscrivez-vous au programme La Boîte Rose

Je m'inscris

Les différents types de crèche

Le mode de garde collectif comporte plein d’avantages pour votre enfant. Mais lequel choisir ? En effet, il n’existe pas un type de crèche mais bien plusieurs. Le point sur les choix qui s’offrent à vous si vous avez opté pour ce mode de garde en collectivité.

Les différents types de crèche

 

 

 

La crèche municipale

Gérée par la commune ou le département, la crèche municipale offre de nombreuses places, en accueil à temps complet ou partiel. Elle peut également proposer un accueil occasionnel (halte-garderie). Les équipes sont composées de personnel de la petite enfance : auxiliaires puéricultrices, puéricultrices ou encore éducateurs de jeunes enfants. Les horaires proposés varient de 7h30 à 18h30 environ et ce type de structure d’accueil est généralement fermé le samedi, les jours fériés, et durant certaines vacances, celle d’été par exemple.

La crèche associative

C’est la même chose qu’une crèche collective municipale à ceci près qu’elle est gérée par un gestionnaire privé. Niveau fonctionnement en revanche, elle est plus souple. Tant qu’elle respecte les règles d’hygiène et de sécurité, libre à elle d’avoir des horaires décalés. Si vous disposez d’une crèche associative autour de chez vous, allez à la rencontre de ces structures : elles ont toute un mode de fonctionnement spécifique. Certaines, rares, proposent même un accueil la nuit.

La crèche parentale

Créée et gérée par une association de parents, la crèche parentale compte une équipe composée de personnel formé à la petite enfance – éducateur, puéricultrice… – mais aussi de parents. Sa taille est souvent petite : une vingtaine d’enfants peuvent être accueillis. De par sa dimension modeste, il est plus facile de respecter le rythme de l’enfant, ses besoins en matière de sommeil mais aussi d’éveil. Mais attention, ce mode de garde induit une certaine disponibilité en tant que parent puisque vous serez amené à intervenir régulièrement dans des activités pédagogiques et de manière générale à participer au fonctionnement de la crèche.

La micro-crèche

Accueillant 10 enfants maximum, la micro-crèche est à mi-chemin de la nounou, qui garde 3 à 4 enfants maximum, et de la crèche, qui compte 20 à 60 enfants. Niveau confort pour bébé, il n’y a pas photo : moins de bruit, moins d’enfants, c’est tout de même intéressant, surtout lorsqu’il est tout petit. C’est soit la commune ou le conseil général, soit une association ou une entreprise qui la gère. Du personnel qualifié de la petite enfance s’occupe de votre enfant. En raison de sa taille réduite et donc de sa gestion moins importante qu’un accueil collectif classique, la micro-crèche propose généralement de plus grandes amplitudes horaires. Mais il vaut mieux vous renseigner s’il y a une micro-crèche près de chez vous car chacune a un fonctionnement qui lui est propre.

La crèche d’entreprise

C’est le graal pour tout parent ou presque : travailler dans une entreprise qui propose un mode de garde est souvent un énorme avantage que ce soit d’un point de vue financier mais aussi organisationnel ! Elles sont souvent situées au sein même de l’entreprise ou à proximité : pas besoin de courir à l’autre bout de la ville pour déposer ou récupérer bébé. Les établissements publics comme les hôpitaux disposent parfois de crèche d’entreprise. Ces crèches peuvent aussi proposer des places aux habitants alentours. Soumises à la même réglementation que les crèches municipales et autres, une équipe compétente anime la crèche d’entreprise composée d’auxiliaires puéricultrices et de puéricultrices tout comme une crèche municipale.

La crèche familiale

La crèche familiale est, là encore, un compromis entre l’assistante maternelle et la crèche. La crèche familiale – ou accueil familial – emploie des assistantes maternelles qui travaillent à leur domicile et qui accueillent 1 à 4 enfants de 2 mois à 4 ans maximum. C’est un peu comme si vous aviez une nounou mais au taux horaire d’une crèche. Outre le coût moins élevé par rapport à une assistante maternelle, cela permet ainsi de ne pas avoir le statut d’employeur : pas besoin de se soucier de quelque papier que ce soit ou des déclarations mensuelles de salaire. Vous payez la crèche qui paie à son tour l’assistante maternelle. Le plus : des activités de groupe sont prévues au sein de locaux où se réunissent plusieurs nounous un à deux après-midi par semaine. Cela permet ainsi de sociabiliser votre enfant. Enfin, le gros avantage des crèches familiales c’est la flexibilité des horaires. Sans dépasser 10 heures de garde par jour, vous pouvez convenir des heures de départ et d’arrivée avec l’assistante maternelle, là où la crèche municipale impose des heures fixes à tous les parents.

La plupart de ces modes de garde vous donnent droit à une aide de la CAF : contactez votre caisse d’allocation familiale pour en savoir plus. Quant aux tarifs, ils sont calculés en fonction de vos revenus. Si vous souhaitez obtenir une place dans une de ces structures, mieux vous y prendre à l’avance : généralement, vous devez inscrire votre enfant… dès le premier trimestre de grossesse. Pour finir, les places étant chères, les parents qui travaillent, en formation et en recherche d’emploi sont souvent prioritaires.

 

 

 

Publié le 16/12/2016 à 19:04

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur laboiterose.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus