C'est si bon d'être parents !

Arrivée à la maternité : comment ça se passe ?

Ça y est, c’est la dernière ligne droite avant la naissance ! La grossesse touche à sa fin et vous êtes impatients de tenir bébé dans vos bras, enfin. Mais avant ça, il y a l’accouchement. Comment ça se passe exactement quand vous arrivez à la maternité ? On vous explique comment va se dérouler votre arrivée à la maternité le jour J.

Arrivée à la maternité : comment ça se passe ?

Quand faut-il partir à la maternité ?

C’est la question que se posent toutes les futures mamans ! Vous pouvez partir à la maternité si :
- vous avez perdu les eaux, même si vous n’avez pas de contractions ;
- les contractions sont très douloureuses ;
- vos contractions sont régulières et rapprochées ;
- vous perdez du sang.

La perte du bouchon muqueux ne constitue pas en soi un élément qui nécessite de partir à la maternité. A contrario, n’attendez pas d’avoir perdu les eaux pour y aller si vous avez des contractions douloureuses : certaines futures mamans ne rompent jamais la poche des eaux, et c’est la sage-femme qui doit alors la percer pour faciliter la naissance de bébé ou accélérer un travail qui commence à traîner en longueur. Si vous n’êtes pas sûrs que c’est le moment de partir à la maternité, vous pouvez appeler la maternité : une sage-femme saura vous dire s’il est temps de venir. D’ailleurs, certaines maternités demandent d’appeler avant de vous déplacer : n’hésitez pas à poser la question à la vôtre lors de votre préparation à la naissance ou encore de votre inscription à la maternité. Vous n’avez aucun symptôme d’accouchement et c’est le jour de votre DPA ? Aller à la maternité le jour du terme est une bonne idée également : cela permet de faire un point.


Les documents administratifs à ne pas oublier pour votre admission

Dans votre sac pour la salle de naissance, vous ne devez pas oublier une chose très importante pour votre arrivée à la maternité : votre dossier médical. Cela comprend :

- vos échographies ;
- vos résultats de laboratoire (prise de sang, analyse d’urine, test de glycémie…) ;
- la feuille de consentement pour l’anesthésie,
- votre carte de groupe sanguin ;
- votre carte d’identité ;
- votre carte vitale ;
- votre attestation de mutuelle ;
- votre livret de famille si vous en possédez un ou la reconnaissance anticipée si vous en avez effectué une.

Si vous avez fait des radios du bassin, une amniocentèse, ou d’autres examens, emportez-les également avec vous. Enfin, n’oubliez pas votre projet de naissance : même si vous pouvez l’évoquer à l’oral, l’équipe peut changer durant votre accouchement. Ainsi, vous serez assurée que vos souhaits soient connus et respectés.


Arrivée à la maternité : l’auscultation

Quand vous arrivez à la maternité, une sage-femme vous prend en charge. Elle prend votre dossier et vous amène jusqu’à une salle d’auscultation (ou salle d’examen) pour savoir à quelle étape de l’accouchement vous en êtes. Elle va vous poser toute une série de questions – si vous sentez bébé bouger, quand les contractions ont commencé ou encore leur espacement et leur durée – et va ensuite effectuer un toucher vaginal : cela lui permet d’évaluer si votre col est déjà ouvert, et de combien. Aussi, elle palpe votre ventre, pour savoir comment est positionné votre bébé et contrôler sa mobilité. En fonction de ce qu’elle constatera, elle vous laissera en salle de repos ou pas. A noter que la plupart des maternités demandent aux futures mamans, à partir de leur arrivée, de ne plus boire ni manger, au cas où une anesthésie doit être faite en urgence.


La surveillance à l’arrivée à la maternité

La sage-femme vous amène ensuite en salle de prétravail, aussi appelée salle de repos. Durant le travail, en attendant que votre col se dilate et s’efface totalement, vous êtes sous surveillance rapprochée : la sage-femme vient voir comment le travail évolue régulièrement, en effectuant un toucher vaginal afin de mesurer à combien le col est dilaté et si c’est le bon moment ou non pour accoucher, et prendre votre température et votre tension. Quand vous serez suffisamment dilatée, vous pourrez, si vous le souhaitez, demander une péridurale : le temps que l’anesthésiste arrive, et vous serez soulagée dans le quart d’heure. Pendant tout ce temps, le rythme cardiaque de votre bébé sera aussi surveillé grâce au monitoring, un dispositif composé d’une ceinture avec deux capteurs, posés sur votre ventre, reliée à une machine, et qui permet aussi à la sage-femme de voir la fréquence de vos contractions.


Arrivée à la maternité : l’installation en salle d’accouchement

$Quand vous serez à 3-4 cm de dilatation, les choses sérieuses devraient commencer : vous serez installée en salle de naissance, où vous resterez jusqu’à la naissance de votre bébé. C’est la sage-femme qui vous accouchera, si tout se déroule normalement. Le gynécologue vient en renfort uniquement s’il y a des gestes particuliers à pratiquer – utilisation de forceps ou d’une ventouse – ou pour vous recoudre en cas d’épisiotomie ou de déchirure. Vous resterez ensuite en observation pendant deux heures encore avant d’être installée dans une chambre avec votre petit bout. 

À lire également :
Accouchement : les différentes positions pour pousser
Séjour à la maternité : à quoi s'attendre ?
Comment s'habiller à la maternité ?
Papa : comment trouver sa place durant le séjour à la maternité ?

Publié le 26/11/2019 à 16:42 mis à jour le 03/12/2019 à 15:05

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.