C'est si bon d'être parents !

la boîte rose

Comment aider votre fille ou belle-fille en plein baby blues

Depuis son retour de la maternité vous trouvez votre fille ou votre belle-fille n'est pas au top. Elle pleure énormément, montre des signes de grande fatigue et peine à trouver sa place en tant que mère. Que vous l’ayez vécu vous-même ou pas, vous connaissez très bien les symptômes de ce qu’on appelle le baby blues. Comment aider les jeunes parents au quotidien, dans ces moments difficiles ?

Comment aider votre fille ou belle-fille en plein baby blues

Le baby blues, qu’est ce que c’est exactement ?

Le baby blues est une période de déprime passagère due à une grande chute hormonale post accouchement.
Le corps médical et les médias en parlent beaucoup depuis ces quinze dernières années, mais il a toujours existé. Cette mise en lumière de ce que vivent les femmes après la naissance de leur enfant a permis de repérer ce bouleversement émotionnel et de le prendre en charge pour qu’il ne se prolonge pas et ne devienne ce que l’on appelle une dépression post-partum.

Cet état ne dure en général que quelques jours durant lesquels les parents et particulièrement la maman, ont besoin d’être entourés et déchargés le plus possible.

Rassurez la maman : oui elle est une bonne mère !

Baby blues ou pas, les nouvelles mamans ont besoin d’être mises en confiance et assurées qu’elles font ce qu’il faut pour leur bébé, qu’elles sont “une bonne mère”. Vous pouvez la rassurer à ce sujet, lui parler de votre expérience, de vos souvenirs. N’hésitez pas à lui confier ce que vous ne lui avez peut-être jamais dit : vous aviez trouvé difficile parfois, de devenir mère, fatiguant aussi. Bref, elle n’est pas une mauvaise mère parce qu’elle tâtonne et qu’elle n’est pas encore douchée à midi. 

Et puis mettez en relief ce qu’elle fait bien : vous trouvez le bébé éveillé, c’est certainement parce qu’elle lui parle. L’allaitement a l’air de les épanouir tous les deux ! Chaque petit compliment peut faire remonter son estime d’elle-même, et c’est souvent là le noeud du problème.

Prendre le relais pour aider les jeunes parents à se reposer

L’autre noeud du problème est très souvent la fatigue accumulée. Les insomnies de grossesse, l’accouchement qui met sur les rotules, les nuits à la maternité entre excitation, pleurs du bébé et envie de rentrer chez soi. Tout ça a vite fait de mettre à plat n’importe quelle bonne nature. 

Si vous en avez le temps et la possibilité, proposez à votre fille ou votre belle-fille de venir la relayer, pour qu’elle se repose. Parfois une sieste et une bonne douche sans avoir la pression d’un bébé laissé à lui-même dans son transat font déjà un bien fou.
Encore mieux, faire quelques courses pour remplir le frigo de vos enfants, cuisiner leur plat préféré qu’il n’ont plus qu’à réchauffer, aider à plier le linge ou encore passer un coup d’aspirateur sont de très très bons moyens de les décharger !
Si vous êtes à la retraite et que vous avez la place, vous pouvez aussi leur proposer de passer une ou deux nuits chez vous. De quoi se requinquer, ne pas avoir à penser aux repas, au rangement et à tout ce que doit faire une jeune maman, seule à la maison avec son bébé, une fois que le papa a repris le travail.

Veiller sur le bien-être de vos enfants, ces nouveaux parents

Il arrive malheureusement que la dépression post partum de la maman s’installe, et rende la vie impossible aux jeunes parents. Sans pour autant dramatiser, ne négligez pas ce mal-être que vous ne comprenez pas forcément. Encouragez votre fille ou votre belle-fille à consulter un spécialiste. Souvent, quelques séances chez un psychologue permettent aux jeunes mamans de sortir de cet état.

Publié le 24/05/2018 à 15:46

Articles les + populaires

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous identifier pour pouvoir poster un commentaire.