Allaiter et travailler : mission impossible ?
favoris
Allaitement : tout savoir

Allaiter et travailler : mission impossible ?


Ecrit le 13/03/2017 par Chrystelle Lacouara, Rédactrice
Relu et approuvé par un expert : Anne-Florence Salvetti-Lionne, Journaliste, autrice, et rédactrice web
Modifié le 03/11/2022 par Jennifer Trouille, Rédactrice Web

Allaiter son bébé est un choix, mais aussi un droit, notamment pour les mères qui doivent reprendre le chemin du travail. Votre allaitement est précieux et pour rien au monde, vous ne voudriez y mettre un terme précipitamment. Quelles solutions s’offrent aux mamans souhaitant allier vie professionnelle et allaitement maternel ? Est-il possible de continuer à allaiter au bureau ? On fait le point avec vous.

Profitez de +400€ d'avantages, des conseils d'experts
de nombreux échantillons, des coffrets offerts,
 dites-nous où vous en êtes :

Allaiter : un droit inscrit dans le code du travail

Toute maman désireuse de continuer d’allaiter son bébé suite à son congé maternité a le droit de tirer son lait deux fois par jour à raison de 30 minutes à chaque fois, soit un total d’une heure dans la journée. Ce temps, non rémunéré, sauf en cas de dispositions particulières dans certaines conventions collectives, est inscrit dans le code du travail. C’est l’article L1225-30 qui le dit : « Pendant une année à compter du jour de la naissance, la salariée allaitant son enfant dispose à cet effet d'une heure par jour durant les heures de travail. » Vous avez même le droit d’allaiter votre enfant au sein de votre entreprise. La loi L1225-32, quant à elle, stipule en plus que « tout employeur employant plus de cent salariées peut être mis en demeure d'installer dans son établissement ou à proximité des locaux dédiés à l'allaitement ». 

Notre conseil : informez votre employeur de votre intention d’allaiter avant votre retour de congé maternité afin qu’il puisse vous aménager un lieu calme et adapter votre emploi du temps.

Comment allier allaitement et reprise du travail ?

Poursuivre votre allaitement après votre congé maternité est un acte naturel et bénéfique pour votre enfant. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande d’ailleurs l’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois pour les bébés. Avant cet âge, un bébé a uniquement besoin de lait, qu’il soit maternel ou infantile, pour se nourrir. Dans le cas de l’allaitement maternel, si vous ne souhaitez pas que votre bébé ait du lait infantile sur son lieu de garde, il faut donc tirer votre lait pour le nourrir en votre absence.

Passé l’âge de 6 mois, bébé commence sa diversification alimentaire. Purées et compotes viendront remplacer peu à peu votre lait la journée. Maintenez les tétées matin et soir au minimum, et allaitez à volonté le week-end ou dès que vous êtes avec votre enfant afin de stimuler votre lactation.

Si tirer votre lait est nouveau pour vous, entraînez-vous à la maison avant la reprise du travail. Cela vous permettra d’appréhender plus sereinement ce moment.

"Les entreprises ne nous facilitent pas toujours la vie en matière de tire-allaitement, mais il est important de connaître ses droits. Si continuer à donner votre lait à votre enfant pendant votre absence vous tient à cœur, il est bien souvent possible de trouver une organisation compatible. N'hésitez pas à solliciter vos délégués du personnel, voire une conseillère en lactation, pour obtenir de l'aide et mettre en place cette logistique."

Allaitement au travail : le matériel indispensable

Tirer son lait au travail demande un minimum d’organisation. Emportez avec vous : 

  • un tire-lait électrique ou manuel,
  • des biberons, pots ou sachets pour conserver le lait,
  • une glacière ou un sac isotherme pour transporter le lait jusqu’à la maison,
  • quelques coussinets d’allaitement en cas de fuites de lait.

Tirer votre lait la journée peut aussi soulager les tensions dans vos seins dues à un trop-plein de lait

Notre conseil : louez votre tire-lait en pharmacie. Pratique et économique ! 

Comment conserver son lait maternel au travail ?

Une fois votre lait tiré, l’idéal est de le placer aussitôt au réfrigérateur. Il est aussi possible de le conserver à température ambiante si vous n’avez pas de réfrigérateur à disposition.
Un biberon de lait maternel conservé au frais juste après avoir été tiré peut être consommé par bébé dans les 8 jours. S’il est conservé à température ambiante, le lait maternel doit être consommé dans les 8 heures qui suivent.

L’allaitement mixte, un bon compromis ?

Si vous ne souhaitez pas tirer votre lait, il est possible de passer à l’allaitement mixte en introduisant des biberons de lait infantile dans l’alimentation de votre enfant, à la place du lait maternel. Sachez cependant que vous risquez des engorgements, surtout si bébé a entre 3 et 6 mois. En effet, votre lactation est adaptée aux besoins de bébé et vos seins continuent de produire du lait comme si vous étiez avec bébé la journée, mais la lactation se régule rapidement par la suite. De plus, introduits prématurément, les biberons de lait infantile, ou de lait maternel, risquent de créer une confusion sein-tétine chez votre bébé, mais ce risque est faible. Il est possible de faire machine arrière si le souci se présente, ou d'opter pour un autre contenant comme la tasse, la babycup ou encore le biberon cuillère.

Crèche et allaitement maternel : comment ça se passe ?

Si votre enfant est gardé en crèche ou par une nounou, vous avez la possibilité de laisser dans le sac de votre enfant des biberons de lait maternel. Néanmoins, sachez qu’en crèche, la direction est en droit de demander à la mère de respecter plusieurs consignes d’hygiène. Si la mère ne peut pas forcer la crèche à accepter de prendre son lait maternel, la crèche non plus n’est pas légalement en droit de refuser. Renseignez-vous auprès du personnel de la crèche de votre enfant. De nombreuses solutions peuvent être apportées aux mères qui allaitent leur bébé, à condition de bien communiquer.

Vie professionnelle et allaitement sont-ils compatibles ?

Reprendre le travail et allaiter est possible pour la plupart des mères. Tirer son lait demande une certaine organisation, mais retrouver votre vie professionnelle ne doit pas forcément être synonyme de sevrage, si tel n’est pas votre choix. Ce qui compte est de trouver la solution qui vous convienne à vous et à votre bébé.