La rééducation du périnée : tout savoir sur cette étape incontournable du post-partum
favoris
Rééducation du périnée

Tout savoir sur la rééducation du périnée


Ecrit le 02/11/2022 par Jennifer Trouille, Rédactrice Web
Relu et approuvé par un expert : Amélie Bonfils, Kinésithérapeute

Neuf mois de grossesse et un accouchement mettent à rude épreuve le corps d’une femme. Le périnée, notamment, a souvent besoin de rééducation afin de retrouver sa tonicité après l’accouchement. Alors quels réflexes adopter après la naissance de bébé pour préserver son périnée ? Quand consulter pour sa rééducation périnéale ? Quels exercices pratiquer ? On vous dit tout sur la rééducation du périnée, une étape à ne pas négliger pour votre bien-être et votre santé !

Recevez des échantillons à domicile, des conseils d'experts, des offres spéciales
et tout cela GRATUITEMENT ! 
 Pour commencer l’aventure, dites-nous où vous en êtes :

Le périnée : qu'est-ce que c'est ?

Non le périnée n’est pas une région de la France ou un os de la jambe. Il s’agit d’un groupe de muscles allant du pubis jusqu’au coccyx et constitue ce que l’on appelle « le plancher pelvien ». Le périnée a une forme de hamac et soutient les viscères, la vessie, le vagi, l’utérus ou encore le rectum.

À quoi sert le périnée ?

Bien qu’il soit passé sous silence en dehors de la grossesse, le périnée joue pourtant un rôle très important : soutenir la vessie, le vagin, l’utérus ainsi que le rectum. C’est lui qui assure la continence urinaire et anale et le plaisir sexuel. Vous comprenez mieux l’avantage qu’il peut y avoir à le connaître et à en avoir conscience ? Si ce muscle est également présent chez l’homme, il est néanmoins un peu plus complexe chez la femme.
 

Pourquoi parler du périnée pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, le périnée est très fortement sollicité, voire malmené. En effet, le poids de bébé pèse sur les organes et donc sur le périnée. De plus, les hormones n’arrangent rien : elles ont tendance à modifier la tonicité musculaire. C’est la raison pour laquelle vous pouvez rencontrer quelques problèmes de fuites urinaires, notamment en fin de grossesse, à l’effort, quand vous toussez, rigolez ou éternuez. Enfin, le jour de l’accouchement, il est fragilisé par les poussées et surtout son étirement lors du passage du bébé.
 

Pourquoi faut-il rééduquer son périnée après l’accouchement ?

Avec le poids de l’utérus qui augmente au cours de la grossesse et les poussées lors de l’accouchement, les muscles du périnée subissent un fort relâchement. Étiré au maximum, parfois déchiré ou incisé en cas d’épisiotomie, le périnée nécessite qu’on en prenne soin après la naissance de bébé.

Les risques d’un périnée affaibli sont : 

  • des fuites urinaires,
  • une sensation de pesanteur,
  • des douleurs ou une gêne lors des rapports sexuels,
  • dans les cas les plus graves, un prolapsus (descente d’organes).

Pas d’inquiétude, si les fuites urinaires sont normales suite à la naissance de bébé, il est possible de réaliser des séances de rééducation du périnée afin de mettre fin à ces désagréments. 

Qui est concerné par la rééducation du périnée ?

La rééducation périnéale s'adresse à toutes les femmes qui viennent d’avoir un bébé, que ce soit suite à un accouchement par voie basse ou par césarienne. C’est la sage-femme, lors de la visite post-natale, qui évalue la tonicité du périnée et le besoin, ou non, de séances de rééducation périnéale. Très souvent, quelques séances sont nécessaires et suffisent à régler les problèmes d’incontinence des jeunes mamans. 

Les mamans ne sont pas les seules concernées par la rééducation périnéale. Les femmes n’ayant jamais eu d’enfants, ou même les hommes, peuvent un jour avoir besoin de séances de rééducation du périnée, notamment en cas d’incontinence due à une faiblesse musculaire. 

Comment savoir si votre périnée doit être rééduqué ?

Six à huit semaines après la naissance de votre enfant, un rendez-vous de contrôle chez votre gynécologue ou votre sage-femme a lieu afin d’évaluer votre périnée et vous conseiller sur sa rééducation.
Que l’état de votre périnée vous paraisse correct ou que vous ayez eu une césarienne, il peut s’avérer utile de consulter un kinésithérapeute ou une sage-femme pour réaliser quelques séances et s’assurer de son bon fonctionnement. Le thérapeute peut aussi prendre en charge les douleurs liées à la cicatrice de la césarienne ou les points dus à une déchirure, et les douleurs qui peuvent être présentes lors de la reprise des rapports.
Si vous n’avez pas fait votre rééducation, sachez que vous pouvez faire une rééducation périnéale à tout moment de votre vie de femme, en dehors de la grossesse.  Elle est prise en charge à 60 % par la Sécurité sociale. Il vous suffit d’en parler à votre médecin qui vous prescrira une ordonnance pour des séances de rééducation.
 

Quand commencer mes séances de rééducation du périnée ?

Les séances de rééducation du périnée peuvent être réalisées par un kinésithérapeute ou une sage-femme dès 6 semaines après l’accouchement, suite à la consultation post-partum. Après avoir évalué la tonicité du périnée par des tests simples (touchés vaginaux, exercices musculaires), le professionnel de santé estime le nombre de séances nécessaires à la re-tonification du périnée.

À savoir : jusqu'à 10 séances de rééducation du périnée sont remboursées par la Sécurité Sociale après la naissance de bébé !

Rééducation périnéale : quelles sont les différentes techniques ?

La rééducation du périnée consiste en des exercices de contraction musculaire et de respiration. Différentes techniques sont utilisées lors des séances de rééducation périnéale.

La rééducation manuelle

Cette technique permet de prendre conscience des muscles du périnée grâce au toucher vaginal. Le professionnel de santé insère ses doigts dans le vagin de la femme, qui contracte ses muscles de manière localisée et garde son périnée contracté durant quelques secondes, puis de plus en plus longtemps au fil des séances. 

La rééducation via électrostimulation

L’utilisation d’une sonde peut être intégrée aux séances de rééducation. Selon le type de sonde, celle-ci peut délivrer des impulsions électriques indolores dans le vagin, qui contractent vos muscles. Cette technique permet à la femme de mieux ressentir les contractions de son périnée, si celui-ci est peu tonique. Le plus souvent, l’utilisation d’une sonde est associée au toucher vaginal pour un meilleur résultat. 

La rééducation périnéale grâce au biofeedback

De nombreuses sondes vaginales disposent d’un système dit « biofeedback ». La sonde est connectée à un appareil qui permet de contrôler l’efficacité des contractions musculaires du périnée. Cette méthode est très utile pour aider les femmes à prendre conscience du fonctionnement de leur plancher pelvien et de leurs muscles. L’utilisation d’une sonde vaginale se fait principalement au cabinet du professionnel de santé, mais certains modèles permettent une utilisation à domicile, afin de poursuivre la rééducation à son rythme.

Attention à votre position lors de vos séances. Une mauvaise position peut avoir un impact sur les contractions de votre périnée et vos ressentis. L’idéal est de vous mettre en position allongée, quelle que soit la méthode de rééducation utilisée.

Comment prendre soin de son périnée post-accouchement ?

Lors de vos séances de rééducation du périnée, votre sage-femme ou kinésithérapeute vous montrera des exercices à pratiquer chez vous et vous donnera des astuces pour ménager votre périnée au quotidien : les bonnes postures à adopter pour porter des charges lourdes, comment « verrouiller » votre périnée avant un effort (avant de tousser ou d’éternuer par exemple).

Enfin, la reprise d'une activité sportive ne doit pas être envisagée avant la fin de vos séances de rééducation du périnée, sous réserve de l’accord de votre sage-femme. Commencez par des exercices de gymnastique qui préservent vos abdominaux et votre périnée. Des séances de rééducation abdominale peuvent également vous être prescrites, en complément de votre rééducation périnéale. Le plus important est de laisser à votre corps le temps de se remettre de votre grossesse et de l’accouchement.